Tout d’abord, le fait du jour : Dominique Strauss-Kahn n’est plus du tout le bienvenu chez ses amis socialistes.

Son ombre n’aura pas du tout plané sur La Rochelle, comme certains le prédisaient. Souvenez-vous il y a une semaine, quand la justice américaine a abandonné ses poursuites, la plupart des ténors socialistes ont répété : Dominique est le bienvenu, son expertise sur la crise va compter durant la campagne. Quelques sondages négatifs plus tard, changement de ton. Jean-Christophe Cambadélis, qui a rallié Martine Aubry, explique, prudent : « Imaginez François ou Martine élu en 2012, et confronté à une crise historique, à un moment ou à un autre, on ira demander ce qu’en pense le docteur Strauss-Kahn ». Il n’est donc plus question d’une implication dans la campagne à venir, ni même d'un ministère en cas de victoire finale. « On s’est réuni chez Aubry pour savoir comment gérer son retour », confie un élu. « Dominique m’a appelé », explique un autre de ses proches, « il veut rebondir, il est fracassé, mais il sous-estime le rejet populaire. Il va devoir prendre du recul ». Son retour semble être programmé après un saut au FMI à Washington. Sarcelles pourrait lui réserver une petite fête, mais très discrète.

A présent, les idées forces : déjà une amorce de ralliement dans la primaire socialiste.

François Hollande a quitté hier la tribune de La Rochelle, flanqué de Manuel Valls et de Jean-Michel Baylet, le radical de gauche de l’étape. Ils se sont exprimés tout sourire, collectivement, devant la presse.

François Hollande qui s'est offert un long bain de foule hier avant de sécher le déjeuner avec Martine Aubry et les autres candidats. De quoi se mettre déjà dans l’ambiance.

Nicolas Sarkozy décidément toujours plus en retrait. De retour de Nouvelle Calédonie, le chef de l'Etat est allé se reposer au Cap Nègre jusqu'au conseil des ministres de mercredi.

Enfin qui dit vrai ?

Nicolas Sarkozy a-t-il vraiment proposé à Nicolas Hulot le poste de représentant de la France auprès de l’ONU pour préparer le sommet de la Terre de Rio en juin prochain ? « Il en a été question de manière informelle », confie un proche du président. L’ancien animateur d’Ushuaia dément dans un communiqué. Mais le grand battu de la primaire écologiste cherche à rebondir. Petit problème pour la proposition onusienne: un certain Brice Lalonde occupe déjà le job de coordinateur exécutif pour la conférence de Rio 2012.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.