Le fait du jour, François Hollande veut taxer les très riches, le débat est lancé…

Et le coup est réussi, l’annonce faite par le candidat du PS lundi soir sur TF1 fait la une de tous vos journaux ce matin. François Hollande a surpris tout le monde, y compris dans son propre camp, en annonçant son projet de taux d'imposition à 75% pour les très hauts revenus.

Jérôme Cahuzac, en charge du budget dans son équipe de campagne, a été pris de court. Jean-Marc Ayrault aussi. Le conseiller spécial explique: « on savait que François, indigné par la hausse des salaires des patrons du CAC 40, ferait quelque chose. Un 20h était envisagé. Il ne nous a rien dit de peur que ce soit éventé ».

Voilà pour la justification. « Amateurisme », a lâché Nicolas Sarkozy. « Le candidat du peuple est pris au mot », lui répond Jean-Marc Ayrault.

Mais écoutez bien ce commentaire étonnant, celui de Bernard Debré dans les couloirs de l’Assemblée. Le député UMP de Paris se dit persuadé que François Hollande est comme lui, qu’il ne peut pas vouloir taxer ainsi les hauts revenus. Bernard Debré veut faire de l’humour mais se trompe de François… au micro de Marion Lagardère :

Son Bernard Debré.

Douze heures passées au Salon de l’agriculture, record battu pour François Hollande, hier.

Le candidat du PS voulait combler son déficit d’image auprès du monde agricole. Il aura dialogué avec tout le monde, y compris avec ce bébé agneau. Echange recueilli par Cyril Graziani :

Son François Hollande.

Christian Vanneste encore et toujours.

Le député du Nord, épinglé pour ses propos sur la déportation des homosexuels, a écrit à Christian Jacob président du groupe UMP à l’Assemblée. Christian Vanneste, qui publie sa lettre sur son blog, y fustige une « police de la pensée », et des militants de la cause homosexuelle qui prolifèreraient selon lui dans les rangs du parti.

Les ONG qui ont participé au Grenelle de l’environnement comme Greenpeace, la Fondation Hulot ou WWF, ont rencontré François Hollande hier soir à son QG, quinze jours après avoir été reçues par le président Nicolas Sarkozy à l’Elysée. Il faudrait un débat, pourquoi pas entre les deux finalistes, sur l’environnement, grand absent de cette campagne 2012, « pour prouver que l’écologie est un levier important pour sortir de la crise », a déclaré Serge Orru, directeur général du WWF. Cela ferait un beau duel thématique entre les deux tours.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.