Par Carine Bécard.

Un seul socialiste à l'Assemblée Nationale, se retrouve - véritablement - exclu du Groupe de son parti... Et ce socialiste, c'est Olivier Falorni, sanctionné pour ne pas avoir retiré sa candidature face à Ségolène Royal. En revanche Sylvie Andrieux, désinvestie elle aussi par le PS - pendant une partie de sa campagne législative -, est aujourd'hui "apparentée" au Groupe socialiste... Autrement dit, oubliée sa mise en examen pour "détournement de fonds publics". Oublié aussi, son renvoi - le mois dernier - devant le tribunal Correctionnel. Depuis, effectivement, elle a gagné ! Et Philippe Martin, le premier vice-président du Groupe SRC à l'Assemblée, s'explique : "ce n'est pas parce qu'elle a de petits soucis personnels, qu'elle ne peut pas siéger avec ses amis socialistes". Olivier Falorni a dû apprécier... Le "blues" des ex-ministres qui ne sont plus, non plus, députés... Deux semaines à peine, après leur défaite, c'est forcément encore douloureux. Hervé Novelli est un des rares à accepter de s'exprimer. A 63 ans, l'ancien secrétaire d'Etat au Commerce de Nicolas Sarkozy a compris qu'il ne serait plus jamais député... Plus de textes à défendre, plus de budgets à voter mis ce n'est pas dans l'immédiat ce qui le chagrine le plus ! Son Hervé Novelli. Certains députés ne se sentiraient donc pas des "Français comme les autres"... Elles aussi, peuvent donner l'impression de vivre "en vase clos" : Marine Le Pen et Marion Le Pen ont une relation exclusive sur le réseau Twitter. La tante et la nièce ont, toutes les deux, plusieurs comptes sur Twitter. Des comptes officiels - liés au Front National - et un autre plus personnel, au nom de Marine Le Pen, et l'autre au nom de Marion Le Pen... Sauf que toutes les deux n'affichent qu'un seul abonnement - quand le principe est plutôt d'en avoir des centaines... des milliers - Marine Le Pen n'a qu'un seul abonnement, c'est sa nièce... Marion Le Pen n'en a qu'un seul aussi, c'est sa tante... Comme si, elles ne souhaitaient lire que les messages de l'autre... Enfin, la Commission "sur les valeurs" à l'UMP fait un "flop"... Le parti a simplement relu sa Charte fondatrice - de 2002... et a décidé de ne rien changer... La liberté, la responsabilité, la solidarité, la nation, l'Europe restent les grands thèmes de l'UMP... Chaque jeudi midi, jusqu'à fin juillet, la Commission se limitera donc à "toiletter" un texte qui avait déjà 10 ans.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.