Le Congrès du PS est une affaire réglée ! Place désormais au Congrès de l'UMP. Il a lieu dans 3 semaines tout juste, alors, vous vous souvenez forcément du dernier Congrès de l'UMP, en 2004. Nicolas Sarkozy venait d'être élu président du parti et à l'époque, il avait organisé ce que l'on avait appelé un incroyable "show à l'Américaine".Que va faire, cette année, son successeur Jean-François Copé ou François Fillon ?Rien, absolument rien. D'ailleurs le mot "Congrès" à l'UMP a même changé de définition. Il signifie à présent "processus électoral". Autrement dit le "Congrès", ce sont des militants qui vont voter, un point, c'est tout. Restent les résultats, qu'il faut annoncer. Dans le camp Fillon, on explique qu'on en est pas encore là. Jean-François Copé, lui, a fait savoir qu'il ne convoquerait pas le Conseil national, parce que l'UMP (désormais parti d'opposition) n'a plus "les moyens de se le permettre". Eh oui, aujourd'hui à l'UMP, "ce n'est plus la même histoire", souffle un très proche de Copé. "La même histoire que sous l'ère Sarkozy".Et à propos de Nicolas Sarkozy justement, est-ce qu'il va voter à ce Congrès ? La réponse est non. Celui qui est encore le président de l'UMP ne votera pas.Information exclusive ce matin, sur France Inter. C'est une de ses plus proches collaboratrices qui nous l'a confié. Nicolas Sarkozy, probablement pas à jour de ses cotisations ne veut surtout pas trancher entre Fillon et Copé. Tout simplement parce qu'il ne veut pas être accusé d'avoir soutenu, voire poussé un camp plus qu'un autre. Mais c'est aussi le meilleur moyen, pour l'ancien président, de ne pas insulter l'avenir.Pour finir, revenons à l'UMP, qui se serre donc la ceinture. C'est l'inverse au Front National. Oui, le parti de Marine Le Pen a mené la campagne présidentielle avec guère plus d'une vingtaine de salariés ; 18% plus tard et 2 députés élus, le Front National compte aujourd'hui 2 fois plus d'employés. De plus dans une semaine, doivent débuter des séminaires de formation des cadres, des nouveaux adhérents, des futurs candidats. Ca n'était plus arrivé dans ce parti, depuis près de 20 ans. A l'époque, Bruno Mégret ne travaillait qu'à une seule chose : faire du FN, un parti qui prenne le pouvoir.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.