Au programme ce soir : des cravaches, deux chansons et une nageuse oubliée...

- Le 17 avril prochain, à l’occasion de la demi-finale de la Coupe de France, deux clubs de National s’affronteront : Les Herbiers VS Chambly... mais le match a déjà commencé... en chansons ! Pour les Herbiers, Philippe Katerine, pour Chambly : Francis Lalanne

- Foot et chanson toujours... Olive et Tom sont de retour – et comment oublier le générique de ce dessin-animé ? – 

Dès demain, un remake du dessin animé « Captain Tsubasa » créé par Yōichi Takahashi sera disponible en France gratuitement pendant un mois dès demain sur la plateforme Anime Digital Network, un site spécialisé dans la diffusion de mangas. Chaque lundi, vous pourrez voir sur internet ou sur les applications d’ADN sur vos téléphones intelligents les aventures d’Olivier Atton, Thomas Price et Mark Landers dans une version redessinée, modernisée, et ce, une heure après leur diffusion au Japon ! 

- Et sinon Platoche is back, du moins dans un long et brillant entretien avec le journaliste Renaud Dély, à retrouver dans Marianne cette semaine...

- Une info WTF : Augmentation de vente de cravaches dans les magasins Décathlon... Mais pourquoi ? Il se pourrait que la sortie au cinéma du film 50 nuances plus sombres n’y soit pas pour rien...  

- Et pour finir mon conseil culturel du jour : le livre de Vincent Duluc : Kornelia, paru aux éditions Stock.

Cette semaine je vous recommande grandement un livre beau, touchant et surprenant : Kornelia, de Vincent Duluc, publié aux éditions Stock. 

La photo du bandeau qui accompagne le livre résume tout : une jeune fille qui sort de l’eau, les cheveux plaqués en arrière, le regard « parce que les sirènes ne reviennent pas à la condition terrestre avec une frange qui leur tombe sur les yeux et les ferait se cogner partout ». Ce sont les mots toujours doux et sensibles de Vincent Duluc parti à la recherche, en surface mais en profondeur, de Kornelia Ender. 

L’histoire de Kornelia, moi je ne la connaissais pas. Kornelia Ender, nageuse est-allemande de 14 ans qui a remporté 4 médailles d’or pour la RDA aux Jeux Olympiques de Montréal en 1976, battant à chaque course le record du monde. Et puis Kornelia Ender était en couple avec le nageur spécialiste du dos Roland Matthes, deux jeunes gens qui incarnaient la grâce et la gloire d’un Summer of love 1976 dans une Allemagne grise séparée par un mur et entâchée d’un dopage massif. Seulement voilà, Kornelia Ender n’a jamais fait partie des sportifs mis en cause par la Stasi et Vincent Duluc écrit ce roman avec l’intime conviction que la jeune nageuse ne s’est pas dopée, et certainement pas de son plein gré.  

En repartant sur les traces de Kornelia, Vincent Duluc nous raconte aussi l’histoire des années 70, du sport des années 70 et de la RDA via le prisme sportif... et la vie d’une jeune athlète qui voit tomber un mur, et ses rêves... Aujourd’hui Kornelia Ender a 59 ans, et les mots de Vincent Duluc lui offrent une nouvelle jeunesse, qu’elle a sans aucun doute méritée. 

Un livre à lire dès maintenant en attendant d’écouter Vincent Duluc dans L’Oeil du tigre, ce sera le 13 mai prochain !

Poster le lien vers les éditions Stock : et mentionner sur Twitter les éditions Stock et Vincent Duluc 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.