Au programme ce soir : des grelots, du granit et une gourde... Si, si je vous jure que c’est du sport...

- Et non, les Jeux Olympiques de Pyonchang ne sont pas terminés...

Du 9 au 18 mars se tiennent les jeux handisports, certes moins médiatisés mais tout aussi olympiques et sportifs. 

Certes, France 2, France 3, France 4, France Ô les diffusent par exemple... C’est vrai, et c’est bien. Maintenant faut les regarder.

- JO toujours, le curling...

On ne va pas se mentir c’est rarement le sport qui fait le plus rêver et souvent celui dont on se moque le plus mais c‘est dommage parce que de fait on s’y intéresse peu alors qu’il y a des choses passionnantes à apprendre sur ce sport, comme l’origine de lz pierre de curling...

Pour ça, lisez ce passionnant reportage du monde.fr 

- Foot et style

Hiroki Sakaï, le latéral de l’Olympique de Marseille aimerait se faire tatouer mais... étant japonais cela lui interdirait l’accès à de nombreux lieux dans son pays, dont les bains publics parce que que le tatouage n’est pas très bien vu au Japon... et puis Hiroki a un peur de la réaction de ses parents....

- Foot toujours : Une bourde et une gourde.

Cette semaine, le gardien de Duisbourg, club de 2ème division allemande, a fait LA boulette... 

Alors qu’il se désaltérait tranquillement, dans ses cages, son esprit tout à sa soif sans doute, il n’a pas pas vu son défenseur lui faire une passe en retrait et... bam... Et But. Et mieux, en entendant la petite musique annonçant le but, Mark Flekken, le gardien  donc, a avoué après le match qu’il avait carrément sauté de joie, pensant que c’était son équipe qui avait marqué...

Focalisé sur sa gourde, il n’avait même pas vu le ballon entrer dans ses cages... Bref, passé la honte et les moqueries subies, Mark Flekken a décidé de revendre cette fameuse gourde au profit d’associations qui travaillent au quotidien auprès des enfants défavorisés. Là le geste est parfait, rien à dire. 

- Et pour finir mon conseil culturel du jour :  1h 23 minutes et 14 secondes et 7 centièmes, de et avec Jacques Gamblin et Bastien Lefèvre : Au théâtre du rond-point jusqu’au 18 mars

Une histoire de sport oui mais surtout de transmission, d’expérience, comment savoir quand et comment l’élève peut dépasser le maître... Se voir vieillir pour Gamblin l’ancien champion et se rebeller pour s’affirmer pour Bastien l’élève...

Gamblin parle et se meut peut, et Lefèvre, ne s’exprime que par les mouvements de son corps, sublimissimes d’ailleurs... La chorégraphie est parfaite.

C’est une pièce sur le sport et le dépassement de soi mais pas que, Gamblin sait faire résonner ses maximes pour aider tout un chacun à exister et progresser... C’est touchant et ça ne laisse pas indifférent.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.