Au programme ce soir : Un gang de surfeurs, un opéra footballistique et la playlist cooool d’un sprinteur…

Quand les nuages et la vague ne font qu'un, et que l'homme se tient au milieu
Quand les nuages et la vague ne font qu'un, et que l'homme se tient au milieu © Getty / Mike Riley

Biarritz fête ses 60 ans de surf, l’occasion de découvrir l’histoire d’un gang de surfeurs des eighties incroyable… On connait l’histoire de Peter Viertel, le mari de Déborah Kerr, surfeur californien de la première heure, qui débarque à Biarritz en 1956 pour le tournage du film Le soleil se lève aussi… Un an après, avec Georges Hennebutte, Jacky Rott et Joël de Rosnay ils créent le Waïkiki club, le premier surf club français, à Biarritz donc… et les tontons surfeurs sont nés.

Près de 20 ans plus tard, une autre bande de surfeurs fait le buzz à Biarritz… Ils s’appellent Nabo, Michel, Sammy, Eric la Mouche ou Kikette et sont les 6 meilleurs surfeurs européens de l’époque… Mais si on les surnomme « la bande de la Grande Plage » c’est qu’ils ne se font pas remarquer que dans l’eau…Les mecs aiment la fête, les bagarres et la drogue et ils vivent le surf comme un état d’esprit hyper rock n’roll…

Grâce à des films en super 8 d’époque, des témoignages, plein d’archives et des animations sublimes, Nathan Curren et Pierre Denoyel retracent l’histoire de cette bande de la Grande Plage dans une série de 10 épisodes : « Biarritz Surf Gang ». 10 fois 6 minutes à voir sur internet ou sur smartphone sur le site Studio +. C’est une appli pour voir des mini-séries, l’abonnement est à 4,99euros par mois. Go. Pour voir le trailer alléchant de Biarritz Surf Gang, c’est ici

Quand le cyclisme devient poétique et métaphysique
Quand le cyclisme devient poétique et métaphysique © Getty

Quand la petite reine devient poétique et métaphysique… A quelques jours du Tour de France, lisez Le coureur et son ombre, d’Olivier Haralambon, vous ne regarderez plus ce sport comme avant…
Écrivain, philosophe et ancien coureur cycliste, Olivier Haralambon voit le cyclisme comme de Vinci la peinture : tout n’est que cosa mentale. La dimension physique est accessoire.
Lire Le coureur et son ombre, pour moi, c’est comme regarder le Tour de France… Je me prends au jeu, bercée par la prose de l’auteur et m’endors presque en repensant aux derniers mots de l’une de ses phrases : « Il faudrait pouvoir au passage des cyclistes, faire régner le calme absolu de la désolation ou du mystère. Le spectacle de ces 200 solitudes exacerbées lancées à pleins poumons dans le monde visible ne s’observe peut-être pas tant qu’il ne s’écoute. »
Voilà…

Et sinon le best-seller de Nick Hornby, Fever Pitch (Carton jaune en français) est adapté en… opéra !
Ce sera du 21 au 24 septembre prochain, au Highbury Opera Theatre, à Londres, et vous pouvez déjà réserver vos places !

A quelques jours de la fête de la musique, on écoute la playlist so cooooooooool de Usain Bolt.
A l’occasion de l’exposition Jamaïca Jamaïca, qui se tient jusque mi-août à la Philharmonie de Paris, le sprinteur a filé sa playlist…et peut-être aussi son secret pour courir aussi vite…

Un fan du Real Madrid épouse une fan du Barça, c'est possible ? Oui dans la fiction (jusqu'à preuve du contraire)
Un fan du Real Madrid épouse une fan du Barça, c'est possible ? Oui dans la fiction (jusqu'à preuve du contraire) © Getty

Et pour finir, mon conseil culturel de la semaine : un roman coréen de 2006 enfin paru en France grâce aux éditions Philippe Picquier : Comment ma femme s’est mariée, de Hyun-Wook Park.

Comment ma femme s’est mariée, a priori rien à voir avec le sport sauf que si… parce que c’est l’histoire d’un fan du Real Madrid qui tombe amoureux d’une fan du Barça… Ina aime le Barça depuis qu’elle a lu Hommage à la Catalogne de George Orwell et qu’elle a découvert que pendant la guerre, le Camp Nou était l’unique zone libre de Catalogne. Deok-Khun lui, encyclopédie vivante du foot, aime le Real depuis Zidane.
Ce roman, c’est tout ce que j’aime, une histoire d’amour avec plein de sentiments et une héroïne qui est loin d’être une gourde, et des milliers d’anecdotes sur le foot, des aphorismes géniaux…C’est drôle, malin, bien écrit, et bien traduit… Vous allez adorer, je vous le promets.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.