Au programme ce soir : des baisers entre des hommes, des femmes déterminées et un phénomène ...

  • Le baiser de Pyonchang 

Lundi, Le skieur freestyle américain Gus Kenworthy – l’un des rares athlètes a avoir déclaré ouvertement son homosexualité, a embrassé son petit ami après son épreuve de slopestyle. Gus n’a fini que 12ème de l’épreuve mais ce baiser ayant été filmé et retransmis sur les télés du monde entier, on considère que c’est un moment historique des Jeux Olympiques. "Love is love'". C’était le tweet de Gus. Un vrai champion. 

  • Big Up Elizabeth Swaney ! 

Cette semaine, une femme a été la risée de l’épreuve de ski halfpipe : la hongroise Elizabeth Swaney. Elle a terminé dernière  dans une épreuve qui consiste à enchaîner des figures acrobatiques, Elizabeth s’est contenté de glisser sur ses skis... Un peu "fade" au gout des commentateurs... La Hongroise n’a pris aucun risque, si ce n’est une timide rotation à 180° en fin de parcours et une arrivée en demi-tour. Waouh... Mais pourquoi se moquer ? Et surtout face à des professionnelles, pourquoi alors Elizabeth Swaney a été qualifiée pour les JO ?  D'abord parce que le système de qualifications des JO le permet. Elizabeth Swaney a la nationalité américaine, mais aussi vénézuélienne par sa mère et hongroise par ses grands-parents et comme dans ce dernier pays la délégation manquait de skieuses, elle a profité des failles du système en skiant pour la Hongrie. Mais est-ce qu’il faut se moquer ? Et bien non, Elizabeth Swaney est diplômée Harvard en science politiques, elle s’est même présentée au poste de gouverneur de la Californie en 2003 face à Arnold Schwarzenneger – alors quelle n’avait que 19 ans, et depuis elle a essayé de récolter des fonds pour réaliser son rêve, participer aux JO. Elle a commencé le ski en 2013, a 33 ans et c’est vrai qu’elle ne maîtrise pas vraiment les acrobaties mais elle mérite un "p++tain" de respect. Big Up Elizabeth Swaney !

  • Allez l’OM...

Dans le cadre de la promo de la deuxième saison de "Marseille "qui sera diffusée cette semaine sur Netflix, tous les acteurs étaient dimanche dernier au Vélodrome, le stade marseillais, lors du match contre Bordeaux... Et bien sûr Gérard Depardieu ( qui joue dans la série) n’a pas manqué de faire à La Provence une bien belle déclaration sur le stade de l’Olympique de Marseille : 

Oui, tout le monde sait que je suis pour l'OM, Je n'aime pas du tout les Bordelais. J'aime aller au Vélodrome. Le public forme un peuple, c'est plus que des supporters! Et le stade est sublime, on dirait un sexe de femme!

  • Et pour finir, le conseil culturel de la semaine :  une très très belle bande-dessinée au titre explicite ZATOPEK

Écrite et dessinée par deux tchèques mais traduite rassurez-vous et paru aux éditions "Des ronds dans l’O".

Zatopek sans doute l’athlète, le coureur tchèque le plus célèbre de l’Histoire... De son enfance dans une famille très nombreuse, en passant par Dana, la femme de sa vie, ses convictions politiques, ses 10 000 , ses 5000 mètres et ses 2 médailles d’or, tout y est... C’est beau et en couleurs, comme Emil Zatopek. Les traits sont vifs, nets, engagés, les tons des pages vous immergent dans le destin et la volonté d’un coureur hors-normes. Un phénomène. Zatopèk. 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.