On embarque à bord du "Paris Beyrouth", le nouvel album de Cyril Mokaiesh, un disque avec lequel, il vit une révolution intime et musicale.

Rouge

On l’a connu chanteur prêt à lever le poing et à donner de la voix ! Et dans une chanson hexagonale souvent tiède pour ne pas dire nombriliste, ça faisait du bien ! En 2010, après quelques années de groupe, Cyril Mokaiesh publiait une chanson rouge colère "Communiste" et secouait le Landerneau de la chanson. Ce rouge colère, il a continué de palpiter dans "La loi du marché", le film de Stéphane Brizé et dans la chanson du même nom avec Bernard Lavilliers.

Un rouge qui est devenu celui de la passion amoureuse sur ses deux albums suivants "Du rouge et des passions" et "L'amour qui s'invente", tous deux distingués par un Grand Prix de l'Académie Charles Cros.

Beyrouth

En 2020, l’amour, la poésie et la politique sont toujours au centre des nouvelles chansons de Cyril Mokaiesh.

Mais cette fois-ci la révolution se fait en interne, au niveau intime, en allant visiter au sens propre comme au figuré les lieux de son enfance, en l’occurrence, Beyrouth, la ville de son père libanais. Un retour aux origines aussi enrichissant que perturbant ! C’est aussi une révolution musicale : les guitares se sont apaisées, les climats se font orientaux comme électro, le oud côtoie les machines et le piano de Bachar Mar Khalifé.

C’est un disque écrit dans l’urgence des retrouvailles, un disque aussi charnel que spirituel ! 

Cyril Mokaiesh joue avec ses musiciens "Beyrouth" et sera en concert au Trianon à Paris le 03/03 et aux Francofolies de la Rochelle le 13/07.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.