Ils sont londoniens, ils sont en questionnement sur le genre, la musique, la spiritualité et ils s'appellent Ephemerals.

Ephemerals
Ephemerals © Radio France / Marion Guilbaud pour France Inter

Soul Music

Dans "soul music", on entend basses qui groovent, claviers moelleux et voix d'or. Ephemerals coche toutes ses cases ! Ce groupe est né à Londres il y a six ans suite à la rencontre entre la compositrice Olive Hillman Mondegreen et le chanteur franco-américain Wolfgang Valbrun.

Mais dans soul music, il a aussi « soul », au sens de l’âme, de la spiritualité, de la connexion avec le monde, les autres, avec plus grand que soi et c’est aussi un aspect très important dans la démarche aujourd’hui de ces musiciens britanniques. En effet, ils ont vite eu besoin de sortir du carcan de la soul classique et de ses représentations. Le déclic a été la rencontre avec la musique et la spiritualité d’Alice Coltrane, musicienne, compositrice et yogi qui les a profondément influencés. 

Troisième oeil

Depuis, ils poursuivent leur recherche de fusion entre différentes esthétiques comme la soul, le jazz, le funk, le psychédélisme, le spoken word... Mais aussi leur expérimentation de techniques d’enregistrement et de mixage.

Ainsi, leur nouvel album « The Third Eye » raconte la trajectoire personnelle d’Olive Mondegreen devenue « elle » depuis le disque précédent. Et pour illustrer cette démarche, l’enregistrement a été conçu de façon à explorer la dualité du genre humain, masculin et féminin, et agencé de manière à donner à réfléchir aux deux parties du cerveau. Comme la technique de « hard panning » utilisée pour regrouper des sons et des instruments spécifiques à gauche et à droite du mix, afin de traduire le côté masculin et féminin de la piste comme des musiciens.

Ephemerals joue "Electricity" et sera en concert ce soir au New Morning à Paris.

Thèmes associés
(Ré)écouter Le live du NRV
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.