Nelly Kaprièlian reçoit les écrivains Gaël Tchakaloff et Aurélien Bellanger pour nous parler des coulisses du pouvoir et des liens entre littérature et politique.

Comment raconter la politique ?
Comment raconter la politique ? © Getty / Moritz Haisch / EyeEm

Nos deux invités ont pour point commun un objet d'écriture: la politique. Dans la littérature, l'opacité du pouvoir a fait coulé beaucoup d'encre. En effet, le pouvoir et le mystère qu'on lui associe fascine. Ces deux romanciers porteront leur regard d'écrivain sur les coulisses et les différents aspects du monde politique contemporain.

Aurélien Bellanger est un écrivain né en 1980 à Laval. Philosophe de formation, ses recherches portent sur la métaphysique des mondes possibles. Il est l’auteur d’un essai en 2010, Houellebecq écrivain romantique aux éditions Léo Scheer . En 2012, il publie son premier roman La Théorie de l’information. En 2017, Aurélien Bellanger publie "Le Grand Paris" chez Gallimard, un étrange roman sur le pouvoir, les illusions et l’abandon de la modernité. Dans ce roman, les rapports entre lieux et pouvoir sous l’ère Sarkozy, sous-tendent l'histoire.

" Le vrai point de départ, c’était d’écrire sur le Grand Paris, sur l’Ile-de-France, sur la façon dont s’organisent les relations des banlieues avec la ville-centre. Mais comme c’est un objet institutionnel, le fruit d’une volonté politique, j’ai croisé très rapidement la figure de Nicolas Sarkozy. On ne peut pas tout inventer. Des ­conseillers, éventuellement des ministres, c’est possible. Mais les structures du pouvoir ne sont pas modifiables. Si on invente un président, ça ne marche pas." (Le Monde des Livres, 18.01.2017)

Dans Divine Comédie ( Flammarion), la romancière nous narre à la manière d'une détective les coulisses de la campagne présidentielle. Entre août 2016 et Mars 2017, elle a donc suivi Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Manuel Valls, Bruno Le Maire, Alain Juppé, François Fillon, François Hollande, Nicolas Sarkozy et Benoit Hamon. Durant six mois, Gaël Tchakaloff s’est glissée dans la vie quotidienne des candidats, des coulisses des rassemblements aux banquettes arrière des berlines. Sa plongée abyssale dans les entrailles du pouvoir l’entraîne de situations cocasses, émouvantes ou violentes jusqu’au vacillement, dans un peau à peau explosif. Un tableau de chair et de sang de la politique comme on ne l’a jamais vue.

"C'est un roman-photo de moments volés mais dans lequel tout est vrai. J'ai suivi les candidats lors de petits déplacements où l'on peut les approcher de près.Ainsi,on entre-aperçoit ce qui les meut : un pacte faustien avec la politique, une force qui les annihile ou les transcende, une ivresse de soi qui met à terre ou envoie au ciel. Comme un orgasme." ( interview dans Elle, le 24.03.2016)

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.