Dans le Mag de l'été, Nelly Kaprièlian reçoit le réalisateur Thierry de Peretti et l'acteur Jean Michelangeli pour le film "Une vie violente", en salle dès demain.

"Une vie violente" de Thierry de Peretti
"Une vie violente" de Thierry de Peretti © Pyramide Distribution

Il n'est pas encore sorti en salle que l'ensemble de la presse s'emballe pour le nouveau film du corse Thierry de Peretti, Une vie violente. Le réalisateur, comédien et metteur en scène nous plonge dans les années 90, années sombre du nationalisme corse. Les attentats se multiplient sur l'île et le mouvement nationaliste est en proie à des divisions internes et règlements de compte. Les rivalités et les violences prennent le pas sur le combat indépendantiste. Dans le film, le spectateur suit Stéphane, jeune intellectuel parti pourtant pour embrasser des études mais qui finalement se fait enrôler par François, un radical nationaliste engagé dans la lutte armée.

Thierry de Peretti se dit librement inspiré de l'histoire de Nicolas Montigny, jeune homme de 27 ans, assassiné en 2001 à Bastia. Après l'inspiration, s'ensuit un long travail de recherche, d'enquête sur cette vague nationaliste dont la violence a marqué toute une génération. C'est surement la grande force du film, celle de donner un cadre historique à son sujet, à retranscrire de manière brut l'ambiance pesante mêlant conviction et incertitude, rivalité et fraternité, violence et amour. Au casting, une quarantaine d'acteurs corses. Pour la plupart, ils sont amateurs et n'ont jamais tourné. Parmi eux, Jean Michelangeli, époustouflant dans le rôle de Stéphane. Avec Une vie violente, le jeune acteur signe son premier film et révèle son immense talent sur grand écran.

En 2013, Thierry de Peretti s'était fait remarqué avec son premier long métrage Les Apaches présenté lors de la Quinzaine des réalisateurs de la même année. L'intrigue se passait déjà en Corse et s'intéressait à une jeunesse désemparée en proie à la violence. Avec ce deuxième film, le réalisateur confirme l'intuition qu'un grand réalisateur était en train de rejoindre le cinéma français. Une vie violente, en salle le 9 août.

Et le coup de cœur de l'été d'aujourd'hui nous est livré par Catherine Robbe-Grillet, femme de lettres, actrice et maîtresse de cérémonie SM. Elle tiendra une performance à la rentrée au Centre Pompidou. Pour préparer cette performance, elle a fait des recherches sur les chansons audacieuses des années 30. Elle nous propose d'écouter ou de réécouter Mon homme d'Arletty; Je t'ai dans la peau d'Edith Piaf; _C'est si bon quand c'est défendu de Marie Dubas ou encore C'est mon mâle_ de Fréhel.

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.