Charlotte Lipinska reçoit la batteuse Anne Pacéo, le chanteur, guitariste, Nicola Són et le journaliste, critique de cinéma, Stéphane Delorme.

Anne Pacéo à la batterie pour un concert au Festival de Jazz de Marciac en 2017
Anne Pacéo à la batterie pour un concert au Festival de Jazz de Marciac en 2017 © Maxppp / SEBASTIEN LAPEYRERE

Anne Pacéo est batteuse. Elle passe les premières années de sa vie en Côte-d’Ivoire, bercée par les percussions du pays. Elle commence la batterie à l’âge de 10 ans et rejoint à 21 ans la classe de jazz du Conservatoire National Supérieur de Paris, sous la direction du batteur Dré Pallemaerts. Elle monte ensuite plusieurs groupes et son premier album Triphase sort en 2008. Elle se produit avec de grands musiciens du jazz (Christian Escoudé, Rhoda Scott, Michel Legrand, Andy Sheppard, European Jazz Orchestra), traverse 41 pays, se voit consacrée comme l’artiste de l’année par les Victoires du Jazz en 2016 et compte aujourd’hui 5 disques à son actif. Le dernier, Fables of Shwegadon (2018), a été enregistré, à la suite d’un projet créé dans le cadre du festival Jazz sous les pommiers, en 2017, en collaboration avec cinq musiciens birmans.

Prochains concerts :
Jeudi 13 septembre, dans le cadre du Colmar Jazz Festival (68), à 22h.
Lundi 24 septembre, dans le cadre du Festival Laborie, Paris (75), à 17h30.

Nicola Són est chanteur et guitariste. Né à Paris, le jeune musicien tombe sous le charme de la musique brésilienne, après un séjour à Rio de Janeiro. Il y enregistre son premier album, Parioca, qui sort en mai 2010 en France, puis au Brésil. Il joue dans les deux pays, entraînant la langue française sur les rythmes de son pays d’accueil. Il poursuit avec les albums Nord Destin (2013) et Sampathique (2016) et passe en 2017 par les scènes des États-Unis. Cette année paraît son nouvel EP , dont les titres sont en portugais, écrits avec le journaliste brésilien, Igor Ribeiro, et produits dans 4 villes du Brésil. 

​Prochains concerts :
Samedi 25 août, à la Bellevilloise, Paris (75), à 20h.
Samedi 11 octobre, au Jam, à Montpellier (34), à 20h.

Stéphane Delorme est un journaliste et critique de cinéma. Passionné par le septième art, il fonde en 1995, Bathalzar, revue dédiée à l’analyse du cinéma contemporain. Il est sélectionneur au festival de la Quinzaine des Réalisateurs pendant près de 6 ans. En 2009, il est nommé rédacteur en chef des Cahiers du cinéma. Le dernier numéro de la revue, « Génie du lieu », propose un « tour du monde de lieux marquants du cinéma », avec un itinéraire passant notamment par l’Italie, l’Espagne, l’Arménie, le Brésil, ou encore la Corée.

Les Cahiers du cinéma, Juillet/Août 2018.

C’est la tournée générale de ce soir !

* Le Festival No Logo BZH s’installe au Fort de St-Père, sur les terres de la route du rock, pour une 2ème édition reggae et world music. Outre une démarche économique audacieuse – le festival refuse les sponsors et le bénévolat –, le No Logo accueille quelques légendes dont The Wailers, le groupe de Bob Marley.
Du 10 au 12 août, Fort de St-Père (35). 

* Le Festival de Montoire met à l’honneur les cultures du monde, avec une programmation très riche réunissant des troupes de danse et de musique traditionnelle. En prime cette année, les Moines de Shaolin (Chine), maîtres du kung-fu, sont les grands invités.
Spectacle des Moines de Shaolin : dimanche 12 août, 21h.
Du 9 au 15 août, à Montoire (Loire-et-Cher, 41).

* Le documentaire Birmanie, trompe-la-peur, dans la série « Les routes de l’impossible » propose une plongée dans la Birmanie, à travers les chauffeurs qui la parcourent au quotidien. Le portrait de ces solidaires et persévérants routiers permet de dessiner en creux les enjeux d’une Birmanie qui se réveille tout juste après une succession de dictatures militaires
Diffusion ce soir, vendredi 10 août, à 20h50 sur France 5.

Anne Pacéo partage aujourd’hui ses coups de cœur et vous emmène à l’Atelier des Lumières à Paris, pour découvrir l’exposition immersive consacrée à Gustav Klimt, vous invite au cinéma, pour Come as you are, de Desiree Akhavan, et glisse enfin un disque de Daniel Santiago et Pedro Martins, Simbiose (2016), dans votre lecteur.
 

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.