De retour du festival de Locarno, et à quelques jours de la présentation du nouveau film de Robert Guédiguian à la Mostra de Venise, la comédienne Anaïs Demoustier est l’invitée d’Anna Sigalevitch.

L'actrice Anaïs Demoustier, à la cérémonie des César, le 2 mars 2018.
L'actrice Anaïs Demoustier, à la cérémonie des César, le 2 mars 2018. © AFP / Thomas SAMSON

31 ans, et presque autant de films au compteur : Anaïs Demoustier s’est imposée comme une actrice incontournable. Enfant prodige, elle apparaît aux côtés d’Isabelle Huppert en 2003 dans Le Temps du loup de Michael Haneke, qui la révèle et propulse sa carrière. Avec sa moue espiègle et ses yeux noirs, elle se distingue par un jeu délicat et réfléchi, toujours empreint de poésie. Humble et réservée, elle observe les autres, attentive à tous les métiers qui officient sur les plateaux de tournage, où elle aimer rester longtemps. Préférant mettre un point d’honneur à l’esprit d’équipe, elle évite les postures, fuit les appâts de la notoriété. Passionnée par le cinéma, elle s’engage toute entière dans ses personnages, guidée par un instinct authentique. 

« Le jeu m’intéresse assez peu, ce qui m’attire ce sont des univers, des réalisateurs, des acteurs et comment l’intimité, la vie et l’histoire de chacun s’agencent. Je ne pense jamais que je suis le cœur du film, j’aime être l’instrument d’un projet plus grand que moi. »

L’insatiable comédienne sera à l’affiche d’Alice et le maire, une comédie dramatique de Nicolas Pariser présentée à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes cette année et diffusée sur les écrans le 2 octobre prochain. Elle y donne la réplique à Fabrice Luchini ; puis ce sera au tour de Jean-Pierre Darroussin qu’elle retrouve dans Gloria Mundi. Cette quatrième collaboration avec le réalisateur Robert Guédiguian sera projetée lors de la Mostra vénitienne, à la fin du mois d’août, et au cinéma le 27 novembre. Elle sera aussi à l’affiche du film La fille au bracelet, réalisé par son frère Stéphane Demoustier, dont la sortie est attendue pour le 5 février.  

Dans le journal de la culture du jeudi 15 août : 

  • Les Abattoirs de Toulouse mettent présente « Picasso et l’exil - Une histoire de l'art espagnol en résistance », une grande rétrospective qui met en lumière l’engagement politique du peintre espagnol iconique.
  • Le départ de la Route du Rock a été lancé hier ! Direction Saint-Malo et le fort Saint-Père pour quatre jours de concerts avec notamment Tame Impala, Deerhunter, Metronomy…
  • Une comédie romantique qui bouleverse les codes : le premier long-métrage d’Erwann le Duc, Perdrix, est sorti sur les écrans hier ! Swann Arlaud y donne la réplique à Fanny Ardant et Juliette Webb.

Programmation musicale : 

  • Pourquoi tu cries ??, Johan Papaconstantino
  • Göttingen, Barbara (interprété par Gérard Depardieu)
Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.