Cap sur le sud de la Gironde pour découvrir une vieille race de vache qui reprend du poil de la bête. Et ce grâce, notamment, à une jeune éleveuse.

La vache bazadaise
La vache bazadaise © Radio France / François-Régis Gaudry

Elle s’appelle Bérénice Walton, elle est éleveuse bovine à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Bordeaux. Elle a repris l’exploitation agricole de ses parents en 2012, à l’âge de 21 ans. Imaginez des paysages de pâturages bien verts, avec des zones humides, car sa ferme est située au bord de la Dordogne, non loin de Libourne. Et la vache qu’elle élève porte le nom du village de Bazas situé juste à côté. Le boeuf de Bazas ou plus exactement la vache bazadaise .

Et vous allez voir qu’il y a une différence de taille. C’est une race rustique ancrée dans ce terroir depuis sept siècles et qui donne une viande exceptionnelle.

Et l’élevage de cette ancienne race bazadaise s’inscrit en plus dans le respect de l’environnement ! Autant dire qu’en termes d’écologie et de bien-être animal, Bérénice Walton fait fort. Elle offre à ses 200 bêtes 200 hectares de pâturages plantés de haies, grouillant de biodiversité ; un domaine où elle protège par ailleurs un petit papillon qui s’appelle le cuivré des marais.

La ferme de Bérénice
La ferme de Bérénice © Radio France / François-Régis Gaudry

Notre éleveuse compense déjà 74% des émissions carbone générées par son activité agricole et ce n’est qu’un début. Et elle pratique aussi la vente directe de sa viande sur sa ferme et sur les marchés de la région, une façon de favoriser les circuits courts, même si elle fait une petite exception pour quelques belles tables et boucheries parisiennes, façon de promouvoir sa belle race bazadaise.

Programmation musicale
L'équipe
(Ré)écouter Le marché de François-Regis Gaudry