Comme chaque semaine, on déguste avec François-Régis Gaudry un produit du marché. À cinq jours du réveillon de Noël, il déclare sa flamme à une volaille qui devient un oiseau rare sur nos tables.

Les pintades d’Arnaud et André Tauzin, éleveurs de volailles dans les Landes.
Les pintades d’Arnaud et André Tauzin, éleveurs de volailles dans les Landes. © Radio France / François-Régis Gaudry

Sale temps pour la pintade ! Parmi les volailles que nous consommons en France, 66% sont des poulets, 19 % sont des dindes, 13 % des canards. Ensuite, vous avez la catégorie des volailles dite “de niche” : la caille, le pigeon et… La pintade ! 

Cette volaille originaire d’Afrique, est élevée et cuisinée en France depuis le XVe siècle. Notre pays est d’ailleurs le 1er producteur, consommateur et exportateur de pintades au monde. Et pourtant : avec 1,5 % de notre consommation annuelle de viande de volaille, la pintade a un coup dans l’aile et ce n’est certainement pas la crise sanitaire qui va redorer le plumage d’un volatile qui est consommé pour plus de la moitié dans la restauration hors domicile. 

Allez, pour renouer avec la pintade, je vous emmène dans les Landes, son terroir historique. Je suis allé rendre visite à la Famille Tauzin, qui produit des pintades d’excellence à Saint-Sever. J’ai rencontré Arnaud le fils, André le père et leur colonie de pintades qui vivent en plein air au cœur du pays de Tursan. 

Arnaud et André Tauzin, éleveurs de volailles dans les Landes.
Arnaud et André Tauzin, éleveurs de volailles dans les Landes. © Radio France / François-Régis Gaudry

Qu’on se le dise, la pintade réclame une cuisson spécifique. Notre éleveur Arnaud Tauzin et Hugo Souchet, le chef de brigade des Prés d’Eugénie, le restaurant de Michel Guérard dans les Landes, nous donnent le mode d’emploi pour rôtir une pintade de Noël ! 

Programmation musicale
(Ré)écouter Le marché de François-Regis Gaudry