Nos critiques ont-ils aimés “Les Veuves”, de Steve McQueen, “Yomeddine”, d'Abu Bakr Shawky, “Robin des bois”, d'Otto Bathurst, “Les Bonnes intentions”, de Gilles Legrand, “Les Filles du soleil”, d'Eva Husson, “Mauvaises herbes”, de Kheiron et “The Mumbai Murders”, d'Anurag Kashyap ?

Bobine de pellicule cinéma
Bobine de pellicule cinéma © Getty / Fabio Pagani / EyeEm

« Les Veuves », de Steve McQueen

Le nouveau film du Britannique Steve McQueen, le réalisateur ultra-primé de Hunger et de Twelve Years a Slave, avec Viola Davis, Michelle Rodriguez, Colin Farrell, Liam Neeson, Robert Duvall. Et c’est, adapté de la série anglaise des années 1980 : Widows, son premier thriller. Après la mort de quatre braqueurs dans un casse qui a mal tourné, leurs veuves décident de finir le travail pour payer les dettes de leurs défunts époux. Elles décident donc de faire un hold up d’enfer, kalachnikov au poing, et de défier la mafia politique qui tient la ville, Chicago. Jusqu’au moment où elles vont s'apercevoir qu'elles sont manipulées...

8 min

Les Veuves de Steve McQueen - les critiques du Masque et la Plume

« Robin des bois », d'Otto Bathurst

Très différent du Robin Hood originel, collants verts et bibi à plume, voici le Robin des bois de l’Anglais Otto Bathurst, avec Taron Egerton dans le rôle-titre, Jamie Foxx en Petit Jean, Eve Hewson en Marianne et Ben Mendelsohn en shérif de Nottingham. Il faut imaginer un Robin des bois style jeu vidéo et façon Luc Besson, avec force effets spéciaux et mitrailleuses à flèches. Retour des Croisades, Robin des bois part en guerre contre le tyran de Nottingham, qui favorise les riches, exploite la population dans les mines d'argent et finance les Arabes en sous-main. On est loin des Robin des bois d’Errol Flynn, de Sean Connery et même de Russell Crowe. 

4 min

Robin des bois d'Otto Bathurst - les critiques du Masque et la Plume

« Mauvaises herbes », de Kheiron

Mauvaises herbes, le 2ème film, après Nous trois ou rien, de l’humoriste français d’origine iranienne Kheiron, avec Catherine Deneuve, André Dussolier. Et avec Kheiron, qui joue ici Wael, un orphelin rescapé d’un pays en guerre du Moyen-Orient devenu  arnaqueur en banlieue, où il détrousse les gens dans les parkings de supermarchés. Il travaille en binôme avec la retraitée Monique (Catherine Deneuve) et se voit proposer par Victor (André Dussolier), de l’aider à s’occuper de six ados exclus du système scolaire, bref d’entretenir ces « mauvaises herbes ». 

4 min

Mauvaises Herbes de Kheiron - les critiques du Masque et la Plume

« Les Bonnes intentions », de Gilles Legrand

Les Bonnes intentions, un film de Gilles Legrand, avec Agnès Jaoui et Alban Ivanov. Tout est dans le titre. Isabelle (Agnès Jaoui), une quinquagénaire bénévole dans plusieurs associations caritatives, très investie dans l’humanitaire, ennuie tout le monde avec ses bonnes intentions, y compris son mari Adjin, un réfugié bosniaque. Elle considère Noël comme "une infâme partouze capitaliste" et _"_vole les vêtements de ses enfants pour les refiler aux démunis". Dans le centre social où elle travaille, elle essaie de préparer au code de la route ses élèves en cours d’alphabétisation, afin qu’ils trouvent un boulot. Edifiant...

4 min

Les Bonnes intentions de Gilles Legrand - les critiques du Masque et la Plume

« Les Filles du soleil », d'Eva Husson 

Les filles du soleil, qui était en compétition officielle à Cannes, un film d’Eva Husson – oui la réalisatrice de Bang Gang - avec Golshifteh Farahani et Emmanuelle Bercot. Un film dans lequel Eva Husson rend hommage aux filles du soleil, ces femmes kurdes qui se battent contre les djihadistes de l’Etat islamique, à travers deux personnages, l’ex-avocate devenue guerrière Goshifteh Farahani, qui commande à d’anciennes prisonnières de Daech, et la journaliste française Emmanuelle Bercot, qui a perdu un oeil. La mise en scène est clinquante et la musique assourdissante....    

6 min

Les Filles du soleil d'Eva Husson - les critiques du Masque et la Plume

« Yomeddine », d'Abu Bakr Shawky

Yomeddine, premier film de l’Égyptien (formé à New York) Abu Bakr Shawky, 32 ans, présenté en compétition officielle, à Cannes.Beshay (joué par Rady Gamal, un vrai lépreux, qui en porte encore les stigmates) n’a jamais quitté sa léproserie dans le désert égyptien, où son père l’a abandonné. Après la mort de son épouse, il décide de partir à la recherche de ses racines sur une charrette tirée par son âne blanc. Il est rejoint par Obama, un orphelin nubien de 10 ans qu’il prend sous son aile. En chemin, ils vont croiser des intégristes, un mendiant cul-de-jatte, un nain... 

6 min

Yomeddine d'Abu Bakr Shawky - les critiques du Masque et la Plume

« The Mumbai Murders », d'Anurag Kashyap 

The Mumbai Murders, un thriller d’Anurag Kashyap, un cinéaste indien qu’on a découvert en France avec Gangs of Wasseypur. Dans ce film de 2h07, qui était présenté à la Quinzaine des réalisateurs et qui est découpé en chapitres haletants, on suit non seulement un tueur en série, dément et sadique (auteur d’une quarantaine de meurtres, dans les rues de Bombay. Mais aussi le flic drogué et suicidaire qui s’est lancé à ses trousses. Avec, en guise de 3ème personnage, la ville de Bombay. Anxiogène au possible... 

4 min

The Mumbai Murders d'Anurag Kashyap - les critiques du Masque et la Plume

« Amanda », de Mikhaël Hers

David (Vincent Lacoste) est élagueur à Paris. Un jour, sa sœur aînée, Sandrine (Ophélia Kolb), célibataire et mère d’une fillette, est victime d’un attentat terroriste dans le bois de Vincennes. Le troisième film de Mikhaël Hers raconte comment David va devoir, mettant son propre deuil entre parenthèses, s’occuper de la petite Amanda (Isaure Multrier) à la manière d’un père, sans lui cacher qu’elle ne verra plus jamais sa mère. Après Ce sentiment de l’été, Hers prolonge ici sa thématique de la perte et de la résilience.

4 min

Amanda de Mikhaël Hers - les critiques du Masque et la Plume

Les conseils

Prochain enregistrement le jeudi 13 décembre au théâtre de l'Alliance Française

Au programme : des livres avec Olivia de Lamberterie (Elle), Nelly Kapriélian (Les Inrockuptibles), Jean-Claude Raspiengeas (La Croix) et Arnaud Viviant (Transfuge

  • Dévotion, de Patti Smith (Gallimard)  
  • Le Dernier roi soleil, de Sophie des Déserts (Grasset/Fayard)
  • Le Registre de l’inquiétude, de Linn Ullmann (Actes Sud) 
  • Un an et un jour, de Pascal Bruckner (Grasset)
  • Les Cigognes sont immortelles, d'Alain Mabanckou (Seuil) 

Et du cinéma avec Sophie Avon (Sud-Ouest), Charlotte Lipinska (Vanity Fair), Pierre Murat (Télérama) et Xavier Leherpeur (La Septième Obsession)  

  • Une affaire de famille, de Hirokazu Kore-eda 
  • Les Confins du monde, de Guillaume Nicloux
  • Leto, de Kirill Serebrennikov
  • Ma mère est folle, de Diane Kurys
  • Pupille, de Jeanne Herry
  • Marche ou crève, de Margaux Bonhomme 
  • Astérix, de Louis Clichy et Alexandre Astier
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.