Que pensent nos critiques de "Mary said what she said", Bob Wilson ; "Fauves", Wajdi Mouawad; "Un ennemi du peuple", Ibsen/Jean-François Sivadier ; "Mademoiselle Julie", Strindberg/Xavier Legrand ; "Electre-Oreste", Euripide/Ivo van Hove ; "L’invitation", Hadrien Raccah/Philippe Lellouche; "Folie", Jean-Michel Ribes.

Au théâtre
Au théâtre © Getty / bachar skayni

Autour de Jérôme Garcin, les critiques : 

  • Armelle Héliot (Le Figaro), 
  • Fabienne Pascaud (Télérama), 
  • Jacques Nerson (L'Obs) 
  • Gilles Costaz (Politis) 

« Mary said what she said », Bob Wilson 

Au Théâtre de la Ville (jusqu’au 6 juillet)

25 ans après « Orlando » de Virginia Woolf à l’Odéon, 15 ans après « Quartett d’Heiner Muller », Isabelle Huppert retrouve Bob Wilson dans Mary said what she said, de l’Américain Darryl Pinckney

Mary Stuart, reine de France, d’Ecosse et des îles, veuve à 18 ans, rentre en Ecosse, est emprisonnée pendant 18 ans, complote pour récupérer le trône d’Angleterre, est condamnée à mort par décapitation. Le texte, c’est un monologue de 86 paragraphes, scénographié en ombres chinoises par Bob Wilson, avec une musique signée Ludovico Einaudi.   

« Fauves », Wajdi Mouawad 

Au théâtre de La Colline (jusqu'au 21 juin)

Fauves, de Wajdi Mouawad, avec notamment Lubna Azabal, Jérôme Kircher, Norah Krief, Gilles Renaud

En France, un réalisateur, Hippolyte Dombre, dont la mère est morte, apprend de la bouche du notaire qu’il n’est pas le fils de son père. Elle avait déjà été mariée au Québec, mais n’avait pas divorcé. Elle était donc bigame. Hippolyte part pour Montréal retrouver son père biologique. La pièce, qui traverse le temps et le monde, dure 4 heures... 

« Un ennemi du peuple », Ibsen/Jean-François Sivadier

A l’Odéon 

Jean-François Sivadier met en scène Un ennemi du peuple, d’Ibsen. Avec Sharif Andoura, Cyril Bothorel, Nicolas Bouchaud, Stephen Butel, Cyprien Colombo, Vincent Guédon, Jeanne Lepers et Agnès Sourdillon. 

Une pièce écolo avant l’heure (elle date de 1882), dont le héros est le docteur Thomas Stockmann, joué par Nicolas Bouchaud. Quand il découvre que les eaux de la station thermale de sa ville sont contaminées, qu’elles risquent de transmettre le typhus et la dysenterie, il veut prévenir le public, les curistes, mais le préfet corrompu, qui est son propre frère (Vincent Guédon), tente de le faire taire. Stockmann, ce lanceur d’alerte, va devenir un « ennemi du peuple », seul contre la tyrannie de la majorité

« Mademoiselle Julie », Strindberg/Xavier Legrand

Au Théâtre de l’Atelier (jusqu’au 30 juin)

Avant de réaliser « Jusqu’à la garde », qui lui a valu le prix des Auditeurs du Masque et la plume, Xavier Legrand a d’abord été un comédien de théâtre. Il revient à ses premières amours en jouant le classique de Strindberg, Mademoiselle Julie, avec Anna Mouglalis dans le rôle titre, sous la direction de Julie Brochen. 

La veille de la Saint-Jean, l’orgueilleuse Mademoiselle Julie se donne à son valet de chambre, Jean, lequel profite ensuite de son ascendant pour inverser la situation. Une « tragédie naturaliste » écrite en 1888, qui a fait scandale à sa création et que Julie Brochen  monte sur une scène nue, sans décors, très loin de la version moderne qu’en avait donnée Frédéric Fisbach à Avignon, en 2011, avec Juliette Binoche... 

« Electre et Oreste », Ivo van Hove

À la Comédie-Française (jusqu’au 3 juillet)

Le flamand Ivo van Hove met en scène Electre et Oreste, deux pièces d’Euripide. 

Electre (Suliane Brahim) et Oreste (Christophe Montenez), la sœur et le frère, veulent se venger de leur mère, Clytemnestre, car elle a poussé son amant à assassiner leur père, Agamemnon. Oreste tue d’abord l’amant et ensuite la mère. Les percussionnistes du trio Xenakis accompagnent ce spectacle furieux. Un panneau, à l’entrée, prévient que « certaines scènes peuvent heurter la sensibilité des spectateurs ». 

« L’invitation », Hadrien Raccah/Philippe Lellouche

À la Madeleine 

L’Invitation, d’Hadrien Raccah, mis en scène par l’acteur Philippe Lellouche, avec Gad Elmaleh, Philippe Lellouche et Lucie Jeanne. 

Pour rassurer sa femme (Lucie Jeanne), un avocat coureur, Daniel (Gad Elmaleh), demande à un ami imaginaire, Charlie (Philippe Lellouche), qu’il engage, de venir dîner avec la charge d’expliquer  qu’il passe toutes ses soirées et même ses nuits avec lui. Tout ça pour éviter un divorce. .

« Folie », Jean-Michel Ribes

Au théâtre Hébertot (jusqu’au 13 juillet)

Folie, de Jean-Michel Ribes, créé au Rond-Point et prolongé. Un spectacle qui tient du cabaret et de la série « Palace », avec des textes provocants de feu Roland Topor qui sont mis en musique par Reinhardt Wagner, joués et chantés par un trio formé de David Migeot et des filles du metteur en scène et du musicien, Alexie Ribes et Héloïse Wagner. 

Une alternance d’impromptus et de chansons  où on apprend qu’il existe des vampires végétariens, qu’une femme peut tomber raide dingue d’un artichaut et un flic, d’une tomate, que les mathématiques sont érotiques, et comment le rôti de veuve faisandée et la brochette de moines. 

Les conseils

Prochain enregistrement le jeudi 6 juin au Théâtre de l'Alliance Française

Au programme, des livres avec les critiques Olivia de Lamberterie (Elle), Patricia Martin (France Inter), Jean-Claude Raspiengeas (La Croix) et Arnaud Viviant (Transfuge)

  • « Les Furtifs », Alain Damasio (La Volte)  
  • « Les Victorieuses », Laetitia Colombani (Grasset)
  • « East Village Blues », Chantal Thomas (Seuil)  
  • « Proust, prix Goncourt. Une émeute littéraire », Thierry Laget (Gallimard) 
  • « Ombres sur la Tamise », Michael Ondaatje (L’Olivier)

Des films avec les critiques Xavier Leherpeur (7èmeObsession), Pierre Murat (Télérama), Jean-Marc Lalanne (Inrockuptibles) et Eric Neuhoff (Figaro) 

  • « Le jeune Ahmed », Luc et Jean-Pierre Dardenne
  • « Sibyl », Justine Triet
  • « Les plus belles années d’une vie », Claude Lelouch
  • « Rocketman », Dexter Fletcher
  • « L’autre continent », Romain Cogitore
  • « Etre vivant et le savoir », Alain Cavalier
  • « X-Men : Dark Phoenix », Simon Kinberg
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.