Nos critiques ont-ils aimé "Ready Player One" de Steven Spielberg, "Marie-Madeleine" de Garth Davis, "Don’t Worry" de Gus Van Sant, "The Rider" de Chloé Zhao, "Le collier rouge" de Jean Becker; "Madame Hyde" de Serge Bozon, "Carnivores" de Jérémie et Yannick Rénier ?

Qu'aller voir au cinéma en ce moment ? Nos critiques vous conseillent
Qu'aller voir au cinéma en ce moment ? Nos critiques vous conseillent © Getty / Hany Rizk / EyeEm

Pour en parler, Jérôme Garcin s'est entouré de Xavier Leherpeur (7ème Obsession), Danièle Heymann (Bande à part), Pierre Murat (Télérama) et Nicolas Schaller (L'Obs).

► A noter que les différents avis échangés autour des films critiqués au Masque et la Plume sont à retrouver ici

« Ready Player One » de Steven Spielberg

Deux mois et demi après Pentagon Papers, l’insatiable et plus geek que jamais Steven Spielberg, 71 ans, est déjà de retour avec Ready Player One, un film de science-fiction de 2h20, avec notamment Tye Sheridan et Olivia Cooke. 

Ça se passe en 2045, dans un monde ravagé par les guerres, la misère, la famille et le changement climatique. Un  monde où existe une société virtuelle, l'OASIS, qui était à l'origine un jeu de rôle imaginé par James Halliday (joué par Mark Rylance). Avant de mourir, Halliday a laissé une vidéo dans laquelle il dit léguer son immense fortune (500 milliards de dollars) à la personne qui réussira à trouver un œuf de Pâques caché dans l'OASIS. Un orphelin de 17 ans, Wade Watts (Tye Sheridan), va tout faire, avec son avatar Parzival, pour le trouver, mais, du coup, va devenir la cible d’un  géant de l’industrie informatique et de son patron (Ben Mendelsohn). 

Il y a du Kubrick et du Steve Jobs chez Spielberg…

« Marie Madeleine » de Garth Davis

C’est le blockbuster biblique de l’Australien Garth Davis, qui retrace la vie de Marie Madeleine, ou Marie de Magdala, ou Marie la Magdaléenne, la disciple de Jésus de Nazareth. Elle le suit jusqu'à ses derniers jours et assiste à sa Résurrection. Avec Rooney Mara dans le rôle-titre, Joaquin Phoenix en Jésus, Chiwelel Ejiofor en Pierre et Tahar Rahim, coqueluche  française d’Hollywood, en Judas. 

Une version féministe des Evangiles.

« Don’t Worry… » de Gus Van Sant

On retrouve à la fois Joaquin Phoenix et Rooney Mara dans Don't worry, he won't get far on foot, le nouveau film de Gus Van Sant, palmé d’or pour Elephant

Cette fois, Joaquin Phoenix, décidément abonné  aux biopics, quitte la défroque de Jésus pour celle de John Callahan, un dessinateur satirique et alcoolique devenu tétraplégique à 21 ans, au début des années 70, après un accident de voiture et pour qui le dessin, mais aussi les réunions d’Alcooliques anonymes, vont tenir lieu de thérapie provisoire – puisqu’il mourra à 59 ans. 

On pourra voir dans ce film rédempteur des passages christiques qui  rapprochent Joaquin Phoenix, bras en croix, du Jésus de… Marie Madeleine.  

« The Rider » de Chloé Zhao

The Rider, de la sino-américaine Chloé Zhao (Les Chansons que mes frères m’ont apprises), avec Brady, Tim et Lily Jandreau. 

Plus docu que fiction, le film raconte l’histoire vraie de Brady, ce jeune cow-boy de rodéo qui fait une terrible chute de cheval et a le crâne écrasé. Avec une plaque dans la tête, il doit évidemment cesser de monter, mais c’est plus fort que lui, il n’imagine pas vivre sans mettre les pieds dans les étriers, fût-ce en ayant des malaises et en vomissant ses tripes. D’autant que sa vie de piéton est sinistre, dans un trou perdu du Dakota, entre une mère morte, un père au chômage, une sœur atteinte du syndrome d’Asperger, un voisin manchot et des copains aussi abîmés que lui par le rodéo. 

« Le collier rouge » de Jean Becker

Le collier rouge, c’est d’abord un roman de Jean-Christophe Rufin paru chez Gallimard pour lequel le Masque littéraire n’avait pas été très tendre. 

L’histoire d’un poilu qui fut emprisonné en 1919 pour avoir voulu… mais je n’en dis pas plus au risque de déflorer l’épilogue – tout le monde n’a pas forcément lu le roman. C’est Jean Becker (Les Enfants du Marais, Dialogue avec mon jardinier) qui, à 84 ans, adapte brièvement (1h23) le roman avec Nicolas Duvauchelle dans le rôle du soldat Morlac accusé d’avoir offensé le drapeau français et François Cluzet dans celui du juge, le commandant Lantier, chargé d’instruire l’affaire. Et un chien engagé pour hurler à la mort devant la prison où son maître est enfermé. L’image, léchée, est évidemment signée Yves Angelo.

« Madame Hyde » de Serge Bozon

Juste après Eva de Benoît Jacquot et La Caméra de Claire de Hong Sang-Soo, revoici Isabelle Huppert, alias Madame Géquil, dans Madame Hyde de Serge Bozon. 

Cette fois, elle est mariée à José Garcia, homme au foyer, et enseigne la physique dans un lycée professionnel dont le proviseur sentencieux est Romain Duris et où elle se fait chaque jour chahuter par ses élèves et aussi par ses collègues. Jusqu’au jour où, après une expérience de laboratoire, elle est frappée par la foudre. La voici dotée de pouvoirs électrisants et se transforme la nuit en créature pyrotechnique. Madame Hyde, parce que c’est lointainement inspiré par le roman de Stevenson, L’étrange cas du Dr Jekyll et M. Hyde. 

« Carnivores » de Jérémie et Yannick Rénier

Carnivores, le premier film des frères acteurs Jérémie et Yannick Renier avec Zita Henrot, qui joue Sam, une vedette de cinéma dont la sœur aînée Mona (Leila Behkti) est au contraire effacée et surtout moins connue. Mona rêvait pourtant d'être actrice et quand Sam, fragilisée par un tournage éprouvant, propose à Mona de devenir son assistante et d’emménager chez elle, cette dernière accepte. En se disant que son heure a peut-être enfin sonné et qu’elle va prendre sa revanche...

Les conseils

  • Danièle Heymann : The Third Murder, d'Hirokazu Kore-eda.
  • Nicolas Schaller : Mobile Homes, de Vladimir de Fontenay.
  • Jérôme Garcin : Derrière la façade, de Georges Lacombe et Yves Mirande au Ciné-Club du Poche-Montparnasse animé par Olivier Barrot (le 9 avril).
  • Xavier Leherpeur : Candelaria, de Jhonny Hendrix Hinestroza.
  • Pierre Murat : le doc Après l'ombre, de Stéphane Mercurio.

Prochain enregistrement le vendredi 20 avril

Vous souhaitez assister au Masque et la Plume ? Les dates et programmes des prochains enregistrements sont indiqués ici (places gratuites)

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.