Que valent les dernières sorties ? « Parasite », Bong Joon-Ho ; « Le jeune Ahmed », Luc et Jean-Pierre Dardenne ; « Sibyl », Justine Triet ; « Les plus belles années d’une vie », Claude Lelouch ; « Rocketman », Dexter Fletcher ; « Etre vivant et le savoir », Alain Cavalier.. Avec vos fidèles critiques !

Quels films aller voir ?
Quels films aller voir ? © Getty / padnpen

Autour de Jérôme Garcin pour en débattre 

  • Xavier Leherpeur (7ème Obsession), 
  • Pierre Murat (Télérama), 
  • Jean-Marc Lalanne (Les Inrockuptibles)
  • Eric Neuhoff (Le Figaro) 

CINE CINEMA | Différents films à l'affiche passés au crible des critiques du Masque & la Plume sont à retrouver ici.

« Parasite », Bong Joon-Ho

8 min

Masque et la Plume (Parasite)

Réalisé par le Coréen Bong Joon Ho, palme d’or à Cannes. 

A Séoul, dans un sous-sol sujet aux inondations, vit une famille pauvre et au chômage. Un père, une mère, une fille et un garçon. De l’autre côté de la ville, dans un quartier très huppé, vit la riche famille Park - un père, une mère, une fille et un garçon – qui habite une villa moderne conçue par un architecte à la mode. On n‘en dit pas plus, sinon que ces deux familles opposées sont appelées à se revoir, sinon à s’entremêler, et que Bong Joon Ho jongle avec tous les genres : la comédie, le drame social, la fable politique, tendance marxiste, le huis clos théâtral, l’horreur et même le gore… 

Un film enthousiasmant, effrayant, drôle de 2h12. 

« Le jeune Ahmed », Luc et Jean-Pierre Dardenne

7 min

Masque et la Plume (le jeune Ahmed)

C'est le huitième film de Jean-Pierre et Luc Dardenne, déjà deux fois palmés d’or, qui leur a valu le prix de la mise en scène à Cannes

Ça se passe en Belgique et c’est le portrait d’un garçon de 13 ans, Ahmed (Idir Ben Addi), un écolier studieux qui se transforme sous nos yeux en islamiste fanatique. Endoctriné par un imam intégriste, en rupture avec sa mère qu’il traite d’ « impure » parce qu’elle n’est pas voilée et qu’elle boit du vin, haïssant la fille de la ferme où il est placé en rééducation, après avoir voulu poignarder sa professeure d’arabe. Les frères Dardenne exposent mais ne jugent pas. C’est glaçant...  

« Sibyl » de Justine Triet

8 min

Masque et la Plume (Sibyl)

En compétition officielle et reparti bredouille, avec Virginie Efira, Adèle Exarchopoulos, Gaspard Ulliel, Sandra Hüller, Laure Calamy

Sibyl (Virginie Efira) est psychanalyste, mais elle décide d’arrêter son métier pour revenir à sa première vocation : la littérature. Son sujet de roman, elle le trouve en recueillant le témoignage d’une de ses patientes, Margot (Adèle Exarchopoulos), une actrice en détresse et enceinte qui se demande si elle doit avorter. Le père, c’est l’acteur avec qui elle tourne un film à Stromboli, incarné par Gaspard Ulliel. Tournage que Sibyl va s’empresser de rejoindre... 

Une mise en abyme assez vertigineuse, de la part de la cinéaste de « Victoria ». 

« Les plus belles années d’une vie », Claude Lelouch

7 min

Masque et la Plume (les plus belles années d'une vie)

En sélection, mais hors compétition : les plus belles années d’une vie, de Claude Lelouch, avec Anouk Aimée, 87 ans, et Jean-Louis Trintignant, 88. Plus d’un demi-siècle après « Un homme et le femme », palme d’Or 1966, Anne Gauthier et Jean-Louis Duroc se retrouvent donc en Normandie

Elle tient une boutique d’antiquités à Beaumont-en-Auge. Il est prostré dans une maison de retraite de Tourgéville où il perd la mémoire. Claude Lelouch orchestre leurs retrouvailles amoureuses, dans un plan-séquence de 19 minutes, et organise une promenade en 2CV dans le pays d’Auge en revisitant le fameux chabadabada.

« Rocketman », Dexter Fletcher

3 min

Masque et la Plume (Rocketman)

Toujours en sélection officielle et hors compétition, Rocketman, de Dexter Fletcher, coréalisateur de « Bohemian Rhapsody », le biopic ultra-autorisé d’Elton John, le chanteur aux 300 millions d’albums vendus, incarné par Taron Egerton. 

Portrait sans aspérités de Reginald Dwight, fils d’un militaire qui ne voulait pas de lui et d’une mère qui l’aurait préféré hétéro, et dont on sait tout des addictions à l’alcool, à la drogue, aux médocs, des relations tumultueuses avec son manager et son parolier. Tout cela ponctué des tubes qui ont fait la gloire d’Elton John, le producteur de ce film. 

« Etre vivant et le savoir », Alain Cavalier

2 min

Masque et la Plume (être vivant et le savoir)

Hors compétition, Etre vivant et le savoir, du filmeur Alain Cavalier. Il voulait adapter le livre d’Emmanuèle Bernheim, « Tout s’est bien passé », dans lequel elle racontait la mort volontaire de son père, que le cinéaste incarnerait. Et puis la maladie, un cancer, a frappé la romancière, dont il était l’ami depuis 30 ans et qu’il a accompagnée jusqu’à sa disparition, le 10 mai 2017. C’est donc un film sur la mort, que Cavalier saisit avec sa petite caméra portée.  

Les conseils

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.