Nos critiques ciné passent au crible les films du moment : "Celle que vous croyez", de Safy Nebbou, "Le mystère Henri Pick" de Rémi Bezançon, "Exfiltrés" d'Emmanuel Hamon, "Les Eternels" de Jia Zhang-Ke, "Stan et Ollie" de John S. Baird, "Marie Stuart" de Josie Rourke, "Les étendues imaginaires" de Siew Hua Yeo.

Qu'aller voir au cinéma cette semaine ?
Qu'aller voir au cinéma cette semaine ? © Getty / KTSDESIGN

Autour de Jérôme Garcin, Xavier Leherpeur (7ème Obsession), Sophie Avon (Sud-Ouest), Michel Ciment (Positif) et Eric Neuhoff (Le Figaro). 

DOSSIER | Les films à l'affiche avec les critiques du Masque & la Plume.

« Marie Stuart », de Josie Rourke

Quelques semaines après La Favorite de Yorgos Lanthimos, retour à la cour d’Angleterre avec Marie Stuart de Josie Rourke, le biopic de la reine d’Ecosse, avec Saoirse Ronan dans le rôle titre. 

Veuve à 18 ans, après le décès de son époux le Roi de France, François II, elle quitte la France en 1561 pour revenir dans son Ecosse natale et monter sur le trône qui lui revient de droit. Mais la reine d'Angleterre Élisabeth Ire (Margot Robbie) n'est pas du tout d’accord. Elle finit, après maints épisodes, trahisons, complots, par la faire enfermer. Marie Stuart sera exécutée en 1587 sur ordre de sa rivale ; le bourreau eut besoin de trois coups de hache pour l’achever.  

📖 Lire l'essentiel des critiques du Masque sur Marie Stuart ici 

8 min

La critique de "Marie Stuart" de Josie Rourke

« Celle que vous croyez », de Safy Nebbou 

L'adaptation au cinéma du roman de Camille Laurens…

Dans ces Liaisons Dangereuses 2.0., Claire (Juliette Binoche) est une prof de lettres quinquagénaire. Après que son amant l’a larguée, elle s’invente sur les réseaux sociaux une nouvelle jeunesse et devient donc Clara, 24 ans. Elle ne tarde pas à attraper sur la Toile Alex (François Civil), un photographe qui pourrait être son fils, et qui se trouve être le meilleur ami de l’amant infidèle. La fausse Claire et le vrai Alex vont  bientôt filer le parfait amour virtuel. Jusqu’au jour où, au contact de la réalité, les jeux de l’amour vont devenir très cruels.

📖 Lire l'essentiel des critiques du Masque sur Celle que vous croyez ici 

8 min

La critique de "Celle que vous croyez" de Safy Nebbou

« Le Mystère Henri Pick », de Rémi Bezançon

Une adaptation du roman de David Foenkinos.

Le film commence sur le plateau télé d’une émission littéraire. Son animateur est Fabrice Luchini, alias Jean-Michel Rouche. Ce soir-là, Rouche voit rouge. Il reçoit la veuve (jouée par Josiane Stoléru) de Henri Pick, un pizzaïolo breton qui a laissé, avant de mourir, un roman génial, que Grasset a publié avec succès. Rouche est convaincu que feu Henri Pick n’est pas l’auteur de ce livre. Pour l’avoir dit haut et fort, il est viré de la télé, quitté par sa femme. Mais il s’obstine et part enquêter à Crozon, où habitait Henri Pick, où vit sa fille, incarnée par Camille Cottin, et où se trouve une bibliothèque dévolue aux manuscrits refusés. C’est là qu’une jeune éditrice de chez Grasset (Alice Isaaz) aurait déniché le chef d’œuvre de M. Pick.  

Un film (un de plus après Doubles vies d’Assayas) sur le monde de l’édition et sa fabrique du succès, où Luchini tient à la fois de Maigret et de Pivot. 

📖 Lire l'essentiel des critiques du Masque sur Le mystère Henri Pick ici

5 min

La critique de "Le Mystère Henri Pick" de Rémi Bezançon

« Exfiltrés », d'Emmanuel Hamon

Swann Arlaud est Sylvain, infirmier à Paris. Il reçoit un jour un appel à l’aide de sa femme, Faustine, une assistante sociale convertie à l'Islam qui est partie, en 2015, pour la Turquie avec leur fils de cinq ans, et ensuite pour Raqqa, en Syrie. Le Français Gabriel (Finnegan Oldfield), membre d’une ONG, et le Syrien Adnan, touchés par la détresse de Sylvain, vont tenter de monter une opération pour exfiltrer Faustine et le petit Noah

2 min

La critique de "Exfiltrés" d'Emmanuel Hamon

« Les Eternels », de Jia Zhang-Ke 

Le douzième long métrage du chinois Jia Zhangke, un polar tendance mélo de 2h16 qui était en compétition à Cannes, d’où il est revenu bredouille, avec Zhao Tao et Fan Liao. 

Ça commence en 2001, à Datong, dans le nord de la Chine, quand les mines ferment. Quiao, (Zhao Tao), dont le père travaillait à la mine, en pince pour Bin, le chef de la pègre locale (Fan Lio). Un soir, Bin est tabassé par une bande rivale. Elle lui sauve la vie en sortant un revolver, mais écope de cinq ans de taule. A sa sortie, elle découvre que Bin l’a remplacée et refait sa vie. Elle-même va régner sur un établissement de jeux. Un Scorsese asiatique, mais dans une Chine en mutation, gagnée par le libéralisme.

📖 Lire l'essentiel des critiques du Masque sur Les Eternels ici

5 min

La critique de "Les Eternels" de Jia Zhang-Ke

« Stan & Ollie », de John S. Baird

Un biopic de l’anglais Stan Laurel (incarné par Steve Coogan) et de l’américain Oliver Hardy (joué par John C. Reilly). 

L’idée étant de saisir le légendaire couple comique en 1953, quand leur popularité décroît et qu’ils partent pour l’Angleterre en tournée. On voit comment leur amitié va résister à la vieillesse, aux colères, aux problèmes de santé, aux projets annulés, aux salles à moitié pleines, aux rumeurs de séparation... Cette tournée fut la dernière collaboration des deux héros fatigués. Ollie mourut en 1957. Stan en fut dévasté.  

📖 Lire l'essentiel des critiques du Masque sur Stan & Ollie ici

6 min

La critique de "Stan & Ollie" de John S. Baird

« Les étendues imaginaires », de Siew Hua Yeo

Le premier film du Singapourien Yeo Siew Hua (Léopard d’or au Festival de Locarno). 

Décor : un immense chantier d’aménagement du littoral, à Singapour, sur lequel travaillent des ouvriers chinois et où le sable est importé des pays voisins, Malaisie, Thaïlande, etc. C’est là que l’inspecteur Lok enquête sur la disparition d’un immigré chinois, Wang, qui était chargé de véhiculer les ouvriers du chantier. Lok finit par trouver sa trace virtuelle dans un cybercafé de la ville ouvert 24 h sur 24, où le très solitaire Wang avait l’habitude de se réfugier. C’est aussi le portrait de ce pays totalement artificiel, à la fois ensablé et hors sol, qui mérite son titre : les étendues imaginaires.  

3 min

La critique des "Etendues imaginaires" de Siew Hua Yeo

Les conseils

Prochain enregistrement le jeudi 21 mars

► Réservation en ligne disponible 15 jours avant la date d'enregistrement, à 7h sur le site de la Maison de la Radio (places gratuites)

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.