Prises de bec pour les critiques autour du Masque et la Plume autour de "Vie de Gérard Fulmard", de Jean Echenoz, "Papa", de Régis Jauffret, "Briser en nous la mer gelée", d'Erik Orsenna, "Otages", de Nina Bouraoui et "Le consentement", de Vanessa Springora.

Les prises de becs livresques du Masque et la Plume
Les prises de becs livresques du Masque et la Plume © Getty / LuisPortugal

Avec nos critiques

  • Olivia de Lamberterie (Elle)
  • Nelly Kapriélian (Les Inrockuptibles)
  • Jean-Claude Raspiengeas (La Croix) 
  • Arnaud Viviant (Transfuge)

"Vie de Gérard Fulmard", de Jean Echenoz

9 min

"Vie de Gérard Fulmard", de Jean Echenoz : les critiques du Masque et la Plume

Chez Minuit

L’auteur de "Je m’en vais", prix Goncourt 1999. Un polar dont l’anti-héros et narrateur, Gérard Fulmard, est un ancien steward, qui a été licencié pour faute. Il  décide d’ouvrir, à son domicile de la rue Erlanger, Paris 16e, un Cabinet Fulmard Assistance. Faute de clients, il devient l’homme de main d’un parti politique, la FPI (Fédération populaire indépendante). Un roman noir, comme on dit humour noir... 

"Papa", de Régis Jauffret 

9 min

"Papa", de Régis Jauffret : les critiques du Masque et la Plume

Chez Seuil

Le livre s’ouvre par des images d’archives saisissantes, que Régis Jauffret aperçoit, le 19 septembre 2018, en visionnant un documentaire sur la police de Vichy. Que voit-il ? Son père Alfred qui sort, terrorisé, menotté  entre deux gestapistes, de l'immeuble marseillais où il a passé toute son enfance. Des images tournées en 1943. 

« Non seulement, écrit Jauffret, mon père n'a de sa vie parlé de cet incident mais je n'ai jamais entendu dire par personne qu'il avait eu affaire à l'occupant. Moi, le conteur, le raconteur, l'inventeur de destinées, il me semble soudain avoir été conçu par un personnage de roman. »

"Briser en nous la mer gelée", d'Erik Orsenna 

6 min

"Briser en nous la mer gelée", d'Erik Orsenna : les critiques du Masque et la Plume

Chez Gallimard

Prix Goncourt 1988 pour "L’Exposition coloniale" et dont l’exergue est emprunté à Kafka : « Un livre doit être la hache pour briser en nous la mer gelée ». Un roman qui se présente sous la forme d’une longue lettre adressée par l’auteur, Gabriel, romancier et ingénieur en hydroélectricité, à une Juge aux affaires familiales et sa greffière pour s’excuser de leur avoir pris tant de temps pour statuer sur son  divorce, en octobre 2011, d’avec sa femme Suzanne, après quatre années d’une folle passion. Pour que Gabriel et Suzanne se retrouvent, il faudra voyager jusqu’au détroit de Béring, un bras de mer resserré entre deux continents. « À l’image exacte de l’amour. »

🎧 ECOUTER | Erik Orsenna : "Avec l'amour, ou la planète, quand on veut maîtriser, on perd."

"Otages", de Nina Bouraoui 

6 min

"Otages", de Nina Bouraoui : les critiques du Masque et la Plume

Chez Lattès

L’auteure de "La voyeuse interdite" (prix du livre Inter). Dans ce bref roman, tiré d’une pièce de théâtre créée à la Comédie de Valence, Nina Bouraoui donne la parole à une femme de 53 ans,  Sylvie Meyer, mère de deux jeunes fils, séparée de son mari depuis un an, qui travaille dans une entreprise de caoutchouc, où le patron lui demande de faire des heures sup et de surveiller les autres salariés, ce qu’elle accepte comme elle n’a pas bronché quand son mari est parti. Jusqu’à ce jour où, après que son patron l’a engueulée et humiliée, elle se révolte.  

🎧 ECOUTER | Nina Bouraoui, invitée d'Augustin Trapenard

"Le consentement", de Vanessa Springora

10 min

"Le consentement", de Vanessa Springora : les critiques du Masque et la Plume

Chez Grasset

Elle raconte comment elle est devenue l’amante de Gabriel Matzneff, l’auteur sulfureux des « Moins de seize ans ». C’était en 1986. Elle avait 13 ans. Lui, presque 50. Elle dit aujourd’hui qu’elle a été victime d’une triple prédation, sexuelle, littéraire et psychique. « Depuis tant d’années, écrit-elle en préambule, mes rêves sont peuplés de meurtres et de vengeance. Jusqu’au jour où la solution se présente enfin, comme une évidence : prendre le chasseur à son propre piège, l’enfermer dans un livre ». 30 ans après les faits...  

🎧 ECOUTER | Vanessa Springora : "Tout ce que je raconte était à disposition dans ses livres depuis des années."

Nos chers critiques vous conseillent de lire

Prochain enregistrement le jeudi 16 janvier

Livres avec Olivia de Lamberterie (Elle), Nelly Kapriélian (Inrockuptibles), Jean-Claude Raspiengeas (La Croix) et Arnaud Viviant (Transfuge)

  • « Miroir de nos peines », Pierre Lemaître (Albin Michel) 
  • « La loi du rêveur », Daniel Pennac (Gallimard) 
  • « Love me tender », Constance Debré (Flammarion)
  • « Le sel de tes yeux », Fanny Chiarello (L’Olivier) 
  • « Voir la lumière », TC Boyle (Grasset)

Cinéma avec Sophie Avon (Sud-Ouest), Eric Neuhoff (Le Figaro), Michel Ciment (Positif), et Charlotte Lipinska (Vogue)

  • « Les Siffleurs », Cornelius Porumboiu 
  • « Tommaso », Abel Ferrara 
  • « Underwater », William Eubank 
  • « 1917 », Sam Mendes 
  • « L’adieu », Lulu Wang 
  • « Merveilles à Montfermeil », Jeanne Balibar 
  • « Je ne rêve que de vous », Laurent Heynemann

Aller plus loin

► LIVRE OUVERT | Toutes les autres œuvres passées au crible des critiques du Masque et de la Plume sont à retrouver ici.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.