Au programme : "Thyeste" de Sénèque mis en scène par Thomas Jolly, "Iphigénie" de Racine/Chloé Dabert, "Trans" de Didiez Ruiz, "La Reprise" de Milo Rau, "Grito Pelao" de Rocio Molina, "Ahmed revient" d'Alain Badiou/Didier Galas.

Thomas Jolly dans le rôle d'Atrée (à droite) et Damien Avice / Thyeste (à gauche), dans la pièce "Thyeste" de Sénèque au festival d'Avignon
Thomas Jolly dans le rôle d'Atrée (à droite) et Damien Avice / Thyeste (à gauche), dans la pièce "Thyeste" de Sénèque au festival d'Avignon © AFP / Boris Horvat

En raison de l'actualité sportive, l'émission n'est pas diffusée sur les ondes, mais vous pouvez l'écouter dès maintenant sur Franceinter.fr

_

Avec, autour de Jérôme Garcin : les critiques Fabienne Pascaud (Télérama), Armelle Héliot (Figaro), Vincent Josse (France Inter), Jacques Nerson (L’Obs) et Gilles Costaz (Politis).

« Thyeste », Sénèque/Thomas Jolly 

Thyeste, la tragédie de Sénèque, mise en scène dans la Cour d’honneur du Palais des Papes par Thomas Jolly, 36 ans, qui a été révélé au Festival d'Avignon avec un Henry VI de… 18 heures.  

Avec Thomas Jolly lui-même, dans le rôle de l’effrayant Atrée, Damien Avice en Thyeste, Éric Challier, Emeline Frémont,  Annie Mercier, Charline Porrone, Lamya Regragui, la Maîtrise populaire de l'Opéra Comique et la Maîtrise de l'Opéra Grand Avignon. 

Une tragédie très violente, pour ne pas dire sauvage, où Atrée se venge de son frère jumeau Thyeste, qui a séduit sa femme et s’est emparé du bélier d’or, en lui servant, à son insu, ses enfants cuisinés à dîner, le cannibalisme ajoutant à l’infanticide. 

► La pièce est jouée dans la Cour d’honneur 

7 min

"Thyeste" de Sénèque mis en scène par Thomas Jolly : les critiques du Masque & la Plume

« Iphigénie », Racine/Chloé Dabert 

Une autre tragédie : Iphigénie de Racine, mise en scène par Chloé Dabert au Cloître des Carmes, avec Victoire Du Bois dans le rôle-titre, Yann Boudaud, Bénédicte Cerutti, Servane Ducorps, Olivier Dupuy, Sébastien Eveno, Julien Honoré, Arthur Verret. 

Dans cette pièce représentée pour la première fois à Versailles le 18 août 1674, les dieux grecs exigent d'Agamemnon, en partance pour Troie, de sacrifier sa fille Iphigénie. Ce qu’il va faire, en convoquant Iphigénie sous prétexte de lui faire épouser Achille... 

5 min

"Iphigénie" de Racine/Chloé Dabert : les critiques du Masque & la Plume

► La pièce est jouée au Cloître des Carmes

« Trans », Didiez Ruiz 

Trans, un spectacle en français, catalan et castillan de Didier Ruiz présenté au Gymnase du Lycée Mistral, qui entre dans la thématique du genre voulue par Olivier Py pour ce 72e festival. 

Des hommes et des femmes venus de Barcelone sont assignés à une identité dans des corps vécus comme une prison. Ils s'en échappent enfin, mais la société s’y oppose. Ils témoignent ici... Pour Didier Ruiz, Trans doit changer « une société intolérante qui a oublié de parler d'amour ». 

7 min

"Trans" de Didiez Ruiz : les critiques du Masque & la Plume

► La pièce est jouée au Lycée Mistral

« La Reprise », Milo Rau 

La Reprise, sous-titré « Histoire(s) du théâtre », un spectacle du suisse alémanique Milo Rau qui dirige le Théâtre national de Gand en Belgique (et à qui on doit des pièces performatives sur les Ceausescu, le génocide rwandais, ou l'affaire Dutroux). 

Née d'un travail collectif après le meurtre d'un homosexuel à Liège en 2012, La Reprise veut montrer une tragédie contemporaine. En prenant  le spectateur à partie et en se demandant si le théâtre doit représenter la violence du réel pour permettre une véritable catharsis.

7 min

"La Reprise" de Milo Rau : les critiques du Masque & la Plume

► La pièce est jouée au Lycée Aubanel

« Grito Pelao », Rocio Molina 

Grito Pelao, un spectacle chorégraphique de Rocio Molina, la danseuse rebelle d’Andalousie et icône du flamenco contemporain. Avec Lola Cruz et Silvia Perez Cruz, elle chante et danse l’amour maternel, mais aussi le désir de maternité, avec ses peurs, ses doutes et ses espoirs.

1 min

"Grito Pelao" de Rocio Molina : les critiques du Masque & la Plume

► La pièce est jouée au Lycée St-Joseph

« Ahmed revient », Alain Badiou/Didier Galas 

Ahmed revient, c’est, jusqu’au 23 juillet, un spectacle itinérant signé du philosophe Alain Badiou, aussi fidèle à Avignon qu’au communisme. Fidèle aussi à Ahmed, personnage récurrent de ses pièces, qui vient des banlieues et est joué, façon commedia dell’arte, par Didier Galas. 

Dans son avertissement, Badiou dit :

Le monde s’est durci, il faut savoir en combattre les folies oppressives et garder une distance ironique. Ahmed a bien besoin de tous ses talents pour que son ironie le protège des maléfices du temps. 

6 min

"Ahmed revient" d'Alain Badiou/Didier Galas : les critiques du Masque & la Plume

► La pièce est jouée... un peu partout dans la ville (c'est un spectacle itinérant) 

Les conseils

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.