Et action ! Vos fidèles critiques sont allés voir "Once upon a time… in Hollywood", "Never Grow Old", "Je promets d’être sage", "Une grande fille", "Perdrix"… Mais ont-il été convaincus par cette seconde sélection de films estivaux ?

Sous les projecteurs du Masque et la Plume
Sous les projecteurs du Masque et la Plume © Getty / Magictorch

Autour de Jérôme Garcin, pour en débattre nos critiques : 

  • Pierre Murat (Télérama)
  • Eric Neuhoff (Le Figaro)
  • Xavier Leherpeur (7e Obsession)

CINE CINEMA | Différents films à l'affiche passés au crible des critiques du Masque & la Plume sont à retrouver ici.

"Once upon a time… in Hollywood", de Quentin Tarantino

8 min

"Once upon a time… in Hollywood", de Quentin Tarantino : les critiques du Masque et la Plume

Avec un casting de choc ! Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Margot Robbie (en Sharon Tate) et Al Pacino (en producteur de westerns spaghettis). Pour raconter le Los Angeles de 1969, d’il y a 50 ans, et le meurtre, le 9 août de cette année-là, de Sharon Tate, l’épouse enceinte de Roman Polanski, par la secte hippie et sataniste de Charles Manson, Tarantino invente deux personnages, voisins du couple Sharon Tate-Polanski : Rick Dalton (Leonardo DiCaprio), acteur déclinant qui joue les méchants dans des séries télé, et sa doublure, le cascadeur Cliff Booth (Brad Pitt), soupçonné d’avoir tué sa propre femme. Les deux assistent, impuissants, à la métamorphose d'Hollywood et essaient de relancer leurs carrières.

"Never Grow Old", d'Ivan Kavanagh

6 min

"Never Grow Old", d'Ivan Kavanagh : les critiques du Masque et la plume

Un western qui fait chevaucher ensemble John Cusack, Emile Hirsch et Deborah François. Un film qui se passe en Californie, mais a été tourné en partie dans le Connemara. Au milieu du XIXe siècle, dans la petite ville de Garlow,peuplée d’immigrés européens sur lesquels règne un pasteur tyrannique. L’Irlandais Patrick Tate (Emile Hirsch), marié à une Française (Déborah François), fait office de charpentier etde croque-mort. Débarquent un hors-la-loi, joué par John Cusack, et ses deux comparses qui prennent possession de la ville par la terreur et font revenir les prostituées et les jeux d’argent au saloon. Les balles pleuvent, les cadavres s’empilent et les affaires du croque-mort Patrick Tate prospèrent. Jusqu’au jour où sa femme le supplie de quitter la ville avec leurs deux enfants. 

"Je promets d’être sage", de Ronan Le Page

5 min

"Je promets d’être sage", de Ronan Le Page : les critiques du Masque et la Plume

Il réalise son premier film. C'est avec Léa Drucker et Pio Marmaï, qui s’ouvre par un bide colossal, sur une scène de théâtre : Franck, le metteur en scène (Pio Marmaï), comprend que son avenir est compromis. Il décide alors, pour gagner sa vie, de devenir gardien de musée et trouve un poste dans la salle des tombeaux du musée de Dijon. Il y fait équipe avec une surveillante encore plus caractérielle et torturée que lui : Sibylle (c’est Léa Drucker), qui est aussi kleptomane. Et comme les deux finissent par se trouver l’un et l’autre à leur goût, ils forment une étrange association de malfaiteurs. 

"Une grande fille" de Kantemir Balagov

7 min

"Une grande fille" de Kantemir Balagov : les critiques du Masque et la Plume

Avec Viktoria Miroshnichenko (Iya) et Vasilisa Perelygina (Masha). Balagov, jeune cinéaste de 28 ans à qui on doit l’impressionnant « Tesnota, une vie à l’étroit ». Ce deuxième film se déroule à Leningrad, à l’automne 45. La ville est en ruines. Deux infirmières qui soignent les blessés, et sont elles-même blessées de l’intérieur, tentent de s’y reconstruire. L’une, Iya, la grande fille du titre, est en proie à de troublantes crises. L’autre, Masha, a perdu un fils et en voudrait un autre. Le film, lent, oppressant, éclairé comme un tableau hollandais, a reçu le prix de la Mise en Scène dans la section Un Certain Regard à Cannes.

"Perdrix", d'Erwan Le Duc

5 min

"Perdrix", d'Erwan Le Duc : les critiques du Masque et la Plume

Pour son premier film, Erwan Le Duc réunit Swann Arlaud, Maud Wyler et Fanny Ardant. Swann Arlaud, c’est Pierre Perdix, un capitaine de gendarmerie qui tombe sous le charme d’une automobiliste (Maud Wyler). Elle s’est fait voler sa voiture par des nudistes révolutionnaires sur une route des Vosges et vient porter plainte. Il l’invite dans sa famille, c’est-à-dire chez sa mère, une veuve jouée par Fanny Ardant, qui anime une émission de nuit depuis son garage, son frère (Nicolas Maury), un fou de lombrics, et sa nièce, folle de ping-pong. Délirant et touchant. 

Nuits magiques, de l’Italien Paolo Virzì

3 min

"Nuits magiques", de l’Italien Paolo Virzìles : les critiques du Masque et la Plume

Avec Mauro Lamantia, Giovanni Toscano et Irene Vetere. Au début du film, on voit débarquer à Rome, dans les années 90, les trois finalistes – une fille et deux garçons - d’un concours de scénaristes pour la cérémonie de la remise du prix. Et voici que, le soir de la finale du mondial 90 opposant l’Italie à l’Argentine, un producteur est retrouvé mort dans le Tibre et nos jeunes héros, embarqués  au commissariat, font figure de  suspects. 

Quels conseils éclairés vous donnent les critiques du Masque & La Plume ? 

Prochain enregistrement le jeudi 29 août à l'Alliance Française

Au programme des livres avec Patricia Martin (France Inter), Olivia de Lamberterie (Elle), Michel Crépu (NRF), Arnaud Viviant (Transfuge) 

  • « Une partie de badminton », Olivier Adam (Flammarion)
  • « Le continent de la douceur », Aurélien Bellanger (Gallimard)
  • « La clef USB », Jean-Philippe Toussaint (Minuit)
  • « Une bête au paradis », Cécile Coulon (L’Iconoclaste)
  • « Rien n’est noir », Claire Berest (Stock)

Et des films avec les critiques Eric Neuhoff (Figaro), Nicolas Schaller (L’Obs), Jean-Marc Lalanne (Inrockuptibles) et Xavier Leherpeur (7èmeObsession)

  • « Roubaix, une lumière », Arnaud Desplechin
  • « Thalasso », Guillaume Nicloux
  • « Late Night », Nisha Ganatra
  • « Frankie », Ira Sachs
  • « Une fille facile », Rebecca Zlotowski
  • « La Vie scolaire », Grand Corps Malade
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.