À l'affiche en ce moment au cinéma : "Les frères Sisters" de Jacques Audiard, "L'amour est une fête" de Cédric Anger, "Climax" de Gaspar Noé, "Fortuna" de Germinal Roaux, "Leave no trace" de Debra Granik, "Le Poulain" de Mathieu Sapin et "La Nonne" de Corin Hardy. Nos critiques vous conseillent !

Les conseils cinés du moment !
Les conseils cinés du moment ! © Getty / Gary Conner

Autour de Jérôme Garcin, les critiques Danièle Heymann (Bande à part), Nicolas Schaller (L'Obs), Michel Ciment (Positif) et Jean-Marc Lalanne (Les Inrockuptibles).  

► A noter que les différents avis échangés autour des films critiqués du Masque et la Plume sont à retrouver ici !

"Les Frères Sisters", Jacques Audiard 

Voici le premier film américain de Jacques Audiard, et son premier western français, avec Joaquin Phoenix, John C. Reilly, Jake Gylenhaal, d’après le roman du Canadien Patrick de Witt. 

🏆 Un film qui a reçu le Lion d’argent de la mise en scène à Venise

Soient deux frères qui pratiquent avec le même zèle le même métier de tueurs à gages. Il y a Charlie (Joaquin Phoenix), le plus violent des deux, qui a d’ailleurs zigouillé leur père. Et Eli (John C. Reilly), plus rond, plus gourmand, moins alcoolo, mais avec autant de sang sur les mains. Ils sont payés par l’invisible Commodore (on ne verra son visage qu’à la fin) pour tuer, en Californie, un chimiste après lui avoir volé la formule magique, mais brûlante, qui permet de trouver l’or dans l’eau des rivières. Lequel chimiste (Riz Ahmed) s’est acoquiné avec un détective, joué par Jake Gylenhaal. 

Bref, c’est une cavalcade western qui se déroule dans des paysages magnifiques, avec ce qu’il faut de scènes à sensation : une patronne de bordel explosée, un cheval qu’un ours a défiguré, une amputation en temps réel, et surtout une ode itinérante à la fraternité. 

8 min

"Les Frères Sisters" de Jacques Audiard - Les critiques du Masque et la Plume

► LIRE l'essentiel des critiques autour de ce film ici !

"L'amour est une fête", Cédric Anger  

Un film de deux heures, particulièrement destiné aux nostalgiques des années 1980, avec Guillaume Canet, Gilles Lellouche, Michel Fau, Camille Dazat et l’acteur-réalisateur Xavier Beauvois. 

Dès le début, le décor est planté : le Pigalle de 1982. Franck (Canet) et Serge (Lellouche) y tiennent un peep-show, le Mirodrome, où ils produisent de petits films X. Un commerce plutôt florissant qui attise la convoitise d’un gros concurrent, joué par Michel Fau, lequel n’hésite pas à saccager leur établissement afin de les contraindre à bosser pour lui. Il ignore que nos deux loustics sont en fait deux flics de la mondaine chargés d’infiltrer le milieu du porno, auquel évidemment ils prennent goût. 

Rien de très neuf dans le scénario, mais il faut reconnaître que Cédric Anger a soigné la reconstitution des années 1980, et puis Michel Fau en parrain de Pigalle et Xavier Beauvois en réalisateur X sont assez savoureux... 

7 min

"L'Amour est une fête" de Cédric Anger - Les critiques du Masque et la Plume

► LIRE l'essentiel des critiques autour de ce film ici !

"Climax", Gaspar Noé 

Le film, interdit aux moins de 16 ans, de l’insaisissable et imprévisible réalisateur de Love, Gaspar Noé, qui était présenté à la Quinzaine des réalisateurs, avec Sofia Boutella, et surtout des amateurs, dont Romain Guillermic et Souheila Yacoub. 

Avant de s’envoler pour les Etats-Unis, et après avoir répété dans un lieu improbable en plan-séquence et en bordure de forêt,  un groupe de danseurs urbains s’offre une petite fête pour décompresser.  Mais il n’y a pas que des oranges dans la sangria. Il y a aussi de l’acide. Et la fête va tourner à la transe psychédélique et au film d’horreur, rythmé par des cartons fluo où on peut lire des slogans comme « Vivre est une impossibilité collective » ou « Mourir est une expérience extraordinaire ». 

Ça a été tourné en 15 jours... et ça se voit... 

7 min

"Climax" de Gaspar Noé - Les critiques du Masque et la Plume

► LIRE l'essentiel des critiques autour de ce film ici !

"Fortuna", Germinal Roaux

🏆 Ce film en noir et blanc et en format carré a reçu l’Ours de cristal à la dernière Berlinade

"Fortuna", c’est plutôt "Infortuna" : cette jeune Ethiopienne de 14 ans, jouée par Kidist Siyum Beza, est recueillie, avec d’autres réfugiés, parmi lesquels un Africain plus âgé dont elle tombe amoureuse, dans un monastère catholique des Alpes suisses, plus précisément l’Hospice du Simplon, gouverné par le prieur Bruno Ganz. Fortuna aide à nourrir les bêtes, dialogue avec le prieur (un modèle d’humanisme et d’humanité) et finit par avouer son secret, qu’on ne racontera pas. 

C’est beau, sensible, un peu trop écrit, très enneigé, ouvertement spirituel, et on est, au propre comme au figuré, entre ciel et terre...   

3 min

"Fortuna" de Germinal Roaux - Les critiques du Masque et la Plume

"Leave No Trace", Debra Granik

Un film de l’Américaine Debra Granik, dont on n’avait plus de nouvelles depuis Winter’s Bone en 2010, avec Thomasin McKenzie, Ben Foster, Jeff Kober. 

Tom (Thomasin McKenzie), a 15 ans. Elle habite avec son père, c’est Ben Foster, un ancien GI traumatisé, dans la forêt en bordure de Portland, Oregon. Elle ne sait rien du monde moderne, jusqu’au jour où le couple fusionnel et rousseauiste est soudain expulsé pour être accueilli dans une communauté rurale. Le père a désormais un petit boulot, sa fille une école et les deux un vrai toit. Le film montre surtout comment Tom va peu à peu se socialiser, se domestiquer comme un animal. 

Cette histoire serait tirée d’un authentique fait divers. On n’est pas si loin, somme toute, de Winter’s Bone… 

6 min

"Leave No Trace" de Debra Granik - Les critiques du Masque et la Plume

"Le Poulain", Mathieu Sapin

Un film de l’auteur de BD Mathieu Sapin, à qui on doit un album sur Depardieu et un autre sur Le château, une année dans les coulisses de l’Elysée, du temps de François Hollande. Un sujet qui lui a inspiré ce film avec Finnegan Oldfield, Alexandra Lamy, Gilles Cohen, Brigitte Rouan, Philippe Katerine.

Finnegan Oldfield c’est Arnaud Jaurès, un prof de 25 ans qui n’a rien à voir avec l’illustre Jaurès. Il débute par hasard en politique, intègre l’équipe de campagne d’un candidat à la présidentielle, devient l’assistant de la directrice de la communication (Alexandra Lamy), qui l’initie au métier, et va vite gravir les échelons du pouvoir.  

4 min

"Le Poulain" de Mathieu Sapin - Les critiques du Masque et la Plume

"La Nonne", Corin Hardy

La Nonne, un film d'horreur réalisé par l’Américain Corin Hardy, cinquième film d’un cycle (Conjuring). 

On est en 1952, une jeune religieuse se suicide dans son monastère, en Roumanie. Le Vatican envoie sur place un prêtre et une sœur novice pour mener l'enquête, ils vont en fait affronter une force maléfique, le démon Valak...

2 min

"La Nonne" de Corin Hardy - Les critiques du Masque et la Plume

Les conseils

  • Daniele Heymann : un livre, _Federico Fellini, le métier de cinéaste,_de Rita Cirio (Seuil)
  • Jean-Marc Lalanne : à voir sur Arte, la série télévisée Coin coin et les Z’inhumains, de Bruno Dumont
  • Jérôme Garcin : le nouveau CD, Cinéma, (Erato) du violoniste Renaud Capuçon qui revisite des bandes originales de film
  • Michel Ciment : le Forum des images fête ses 30 ans. A cette occasion, jusqu’au 7 octobre, seront projetés 30 films, en compagnie des metteurs en scène
  • Nicolas shaller : à lire L’Espace du rêve, de David Lynch et Kristine McKenna (JC Lattès)

Prochain enregistrement le jeudi 4 octobre

Vous souhaitez assister au Masque et la Plume ? Les dates et programmes des prochains enregistrements sont indiqués ici (places gratuites) !

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.