Les critiques ont-il aimé « Le cercle littéraire de Guernesey », Mike Newell ; « Désobéissance », Sebastian Lelio ; « Bécassine ! », Bruno Podalydès ; « Ocean’s 8 », Gary Ross ; « How To Talk To Girls At Parties », John Cameron Mitche ; « A genoux les gars », Antoine Desrosières ; « 3 jours à Quiberon », Emily Atef ?

Allez au cinéma !
Allez au cinéma ! © Getty

Pour en débattre, Jérôme Garcin s'est entouré de Michel Ciment (Positif), Sophie Avon (Sud-Ouest), Nicolas Schaller (L'Obs) et Danièle Heymann (Bande à part).

► A noter que les différents avis échangés autour des films critiqués au Masque et la Plume sont à retrouver ici

« Ocean’s 8 », Gary Ross

Dérivé poussif et féminin, mais pas féministe, de la trilogie Ocean de Soderbergh, avec George Clooney, voici donc Ocean’s 8,signé Gary Ross, avec Sandra Bullock, Cate Blanchett, Anne Hathaway, Rihanna. Et Sandra Bullock, c’est Debbie, la sœur de Danny, qui sort de prison et va tenter, sans arme ni violence, de dérober une rivière de diamants Cartier de 150 millions de dollars lors d’un gala au Met de New York. 

Elle forme donc un gang constitué de sept  femmes aussi intrépides qu’elle, à commencer par Cate Blanchett. Aucun suspense, mais beaucoup de guest-stars dans leur propre rôle, parmi lesquelles Anna Wintour, Kim Kardashian, Katie Holmes ou encore Serena Williams... 

J'aurais tellement aimé aimer ce film

6'49

Ocean's 8

Par France Inter

« Bécassine ! », Bruno Podalydès

Bécassine, c’est le film de Bruno Podalydès, dont un mouvement indépendantiste breton a appelé au boycott, au prétexte que cette gentille fille, née en 1905 dans « La Semaine de Suzette »,  insultait la mémoire du peuple breton et de toutes les femmes que la bourgeoisie parisienne avait autrefois déplacées et exploitées. 

Et pourtant, fidèle à l’originale, la Bécassine de Podalydès n’est pas la cruche que le langage courant a dénaturée. C’est au contraire un cœur simple, comme la Félicité de Flaubert, avec en plus un petit côté Mary Poppins.  Incarnée ici par Emeline Bayart, la fille de paysans bretons  par à pied pour Paris lorsque la marquise de Grand-Air, c’est Karine Viard, lui demande de venir dans son château pour s’occuper de sa fille adoptive, Loulotte. Non seulement Bécassine va très bien s’en occuper, mais elle va aussi montrer son aptitude à conduire un cabriolet, démasquer l’imposteur chez un marionnettiste grec de passage, Rastaquouéros (joué par Bruno Podalydès soi-même), et même conseiller la marquise ruinée. 

Bref, une Bécassine futée et touchante, que le réalisateur du Mystère de la chambre jaune et de Comme un avion plonge dans un monde qui rappelle celui de Hergé et de Tintin.

Bruno Podalydès est l'un des meilleurs auteurs de comédie en France actuellement.

8'19

Bécassine - Le masque et la Plume

Par France Inter

« 3 jours à Quiberon », Emily Atef

Trois jours à quiberon, c’est un film en noir et blanc de l’Allemande Emily Atef qui retrace, au grand dam de sa fille Sarah Biasini, les derniers temps de la vie de Romy Schneider, incarnée ici par Marie Bäumer. Le point de départ, c’est l’interview que l’actrice, alors en cure à Quiberon pour une simple thalasso selon Sarah Biasini, une désintox pour Emily Atef, accepte d’accorder au magazine allemand Stern et à son journaliste Michael Jürgs (Robert Gwisdek).  

On est en avril 1981, soit un an avant sa mort. Romy est séparée de son mari Daniel Biasini, elle souffre, ce que dément aujourd’hui sa fille, d’une addiction à l'alcool et aux médicaments, et elle va bientôt tourner son dernier film, la Passante du sans-souci de Rouffio. Sans cesser de boire ni de fumer, Romy Schneider, photographiée pour Stern par son ex-amant Robert Lebeck, raconte sa vie, ses drames, sa souffrance, sa dépression, en passant sans cesse du rire aux larmes. 

Avec, en prime, une rencontre improbable avec un poète breton, incarné par Denis Lavant... 

C'est un film qui m'a cueilli sans que je m'y attende

7'33

Trois jours à Quiberon - Le masque et la Plume

Par France Inter

« A genoux les gars », Antoine Desrosières

A genoux les gars, un film d’Antoine Desrosières, qui était présenté à Cannes dans la section Un certain regard

Soit deux sœurs musulmanes d’une banlieue française : Rim, 18 ans, et sa cadette Yasmina (jouées par Souad Arsane et Inas Chanti, les héroïnes d’Haramiste, le film précédent d’Antoine Desrosières). Rim et Yasmina parlent de sexe comme de bouffe ou de fringues. Avec un bagou fleuri, qui oscille entre le slam et l’alexandrin. Si elles tchatchent, elles ne font pas. Les mots, pas la chose. L’insistance de leurs petits copains respectifs, Majid et Salim, n’y change rien. 

Jusqu’au jour où, pendant l’absence provisoire de Rim, Yasmina se voit forcée de faire, dans un  parking, une fellation à Majid, le mec de sa sœur. Une sœur à laquelle Yasmina aurait tout caché si l’acte n’avait été filmé au portable par son petit copain, qui se lance aussitôt dans un chantage à la sextape. Alors, pour échapper à la colère de sa sœur et à sa propre honte, Yasmina disparaît dans la nuit... 

A Cannes, le film a choqué les festivaliers – pas pour ce qui y est montré, mais pour ce qui y est dit. Cette comédie féministe « obscènement comique »  est scandée par des chansons yé-yé d’avant la révolution sexuelle. Les deux jeunes actrices sont également les dialoguistes de ce film tourné en trois semaines et monté pendant plus de sept mois. 

C'est affligeant. Tant sur le fond que sur la forme. Quel cauchemar

7'12

A genoux, les gars - Le Masque et la Plume

Par France Inter

« Le cercle littéraire de Guernesey », Mike Newell

Le cercle littéraire de Guernesey, ce n’est pas un film sur Victor Hugo, c’est, par Mike Newell, le réalisateur britannique de Quatre mariages et un enterrement, l’adaptation du best-seller de Mary Ann Shaffer : Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates. Tout commence en 1946, à Londres. Juliet Ashton (c’est Lily James), une jeune romancière en panne, reçoit, de Guernesey, une lettre d’un Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates qui a été créé pendant l'Occupation allemande. Juliet part donc pour l'île anglo-normande et rencontre alors les membres excentriques, le mot est faible, de ce club, parmi lesquels Dawsey Adams (Michiel Huisman), le fermier très avenant qui est à l'origine de la lettre. Inutile de dire que ce séjour va changer la vie de Juliet. Un mélo très british 

Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, de Mary Ann Shaffer et sa nièce Annie Barrows est réédité chez NIL et chez 10-18.

C'est le coté British dans sa perfection et en même temps dans son inintérêt total

6'00

Le cercle littéraire de Guernesey

Par France Inter

« Désobéissance », Sebastian Lelio

Désobéissance, du Chilien Sebastián Lelio, à qui on doit Une femme fantastique, un film d’1h54 avec Rachel Weisz – elle est Ronit, une jeune juive-orthodoxe devenue photographe à Manhattan qui revient chez elle, à Londres, après la mort de son père rabbin. La communauté très stricte, qu’elle avait fuie, est troublée non seulement par sa réapparition mais aussi par les sentiments passionnés qu'elle éprouve toujours pour sa meilleure amie, Esti (Rachel McAdams), laquelle elle mariée à un homme qui va devenir rabbin. 

Décevant, mais les deux actrices sont formidables

2'35

Désobéissance - Le Masque et la Plume

Par France Inter

« How To Talk To Girls At Parties », John Cameron Mitchell 

How to talk to girls at parties, c’est un film de John Cameron Mitchell qui était à Cannes en 2017. Et c’est avec Elle Fanning, Alex Sharp, Nicole Kidman. Ça se passe en 1977, l’année du jubilé d’Elizabeth II, dans la banlieue de Londres. Lors d’une soirée punk sur laquelle règne la prêtresse Nicole Kidman, trois jeunes Anglais rencontrent des créatures en combinaison latex venues d’une autre planète. Il faut être très  Sex Pistols pour goûter pleinement ce film à la fois vintage et SF...

C'est un peu difficile de parler de ce film.... C'est une expérience

5'12

How to talk to girls at parties

Par France Inter

Les conseils

Prochain enregistrement le jeudi 28 juin

Autour de livres, avec les critiques Olivia de Lamberterie (Elle), Nelly Kapriélian (Inrockuptibles), Michel Crépu (NRF) et Arnaud Viviant (Transfuge)  

  • « Mémoires », Simone de Beauvoir, La Pléiade, Gallimard
  • « Irrécupérable », Lenny Bruce (Tristram) 
  • « I’m Your Man. La vie de Leonard Cohen », Sylvie Simmons (L’Echappée)
  • « Saisons du voyage », Cédric Gras (Stock)
  • « Les Nouvelles aventures du fakir au pays d’Ikea », Romain Puertolas (Dilettante)

Autour de films, avec les critiques Sophie Avon (Sud-Ouest),  Eric Neuhoff (Figaro),  Xavier Leherpeur (7ème Obsession) et Jean-Marc Lalanne (Inrockuptibles)  

Vous souhaitez assister au Masque et la Plume ? Les dates et programmes des prochains enregistrements sont indiqués ici (places gratuites)

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.