Les critiques du Masque & la Plume partagent avec vous leurs coups de cœur pour la rentrée parmi "Orléans", "La Mer à l’envers", "Civilizations", "Les Choses humaines", "Mon année de repos et de détente".

Vos conseils de lecture pour la rentrée
Vos conseils de lecture pour la rentrée © Getty / Eva-Katalin

Avec nos critiques :

  • Olivia de Lamberterie (Elle)
  • Nelly Kapriélian (Les Inrocks)
  • Frédéric Beigbeder (Le Figaro)
  • Jean-Claude Raspiengeas (La Croix)

► LIVRE OUVERT | Toutes les différentes œuvres livresques passées au crible des critiques du Masque et de la Plume sont à retrouver ici.

"Orléans", de Yann Moix 

10 min

"Orléans", de Yann Moix : les critiques du Masque et la Plume

Chez Grasset

Le livre est construit en deux parties : « Dedans » et « Dehors ». Deux angles de vue différents pour raconter le même calvaire. Celui d’un enfant battu, dans la bonne ville d’Orléans. Depuis son plus jeune âge jusqu’à la fin de l’adolescence, Yann Moix s’est pris des beignes, et pire encore. Dans le rôle des bourreaux, les deux parents, qu’il préfère nommer « géniteurs », se valaient : sa mère rêvait de le noyer dans l’eau du bain, le  traitait publiquement d’« espèce d’enculé » ou de « mon con », lui hurlait : « Jamais tu n’aurais dû naître, jamais ! » Son père l’extirpa une nuit d’hiver de son lit, le poussa dans sa voiture, le jeta dans le fossé d’une forêt et repartit sur les chapeaux de roues. Très vite, Yann Moix se réfugie dans les livres, et Vercors, Gide, Péguy ou Céline deviennent ses alliés et ses protecteurs.  

"La Mer à l’envers", de Marie Darrieussecq

8 min

"La Mer à l’envers", de Marie Darrieussecq : les critiques du Masque et la Plume

Chez POL

L’auteur de « Truismes » propose un roman qui commence par une croisière de Noël luxueuse en Méditerranée, où Rose, une psychologue, embarque ses deux enfants, Emma et Gabriel. Leur route croise celle des migrants venus d’Afrique sur une embarcation de fortune. Le navire les recueille à bord et Rose donne son portable, ou plutôt celui de son fils, à un Nigérian, Younès, qui appelle à l’aide, au sens propre.  Arrivent ensuite les garde-côtes italiens qui emmènent les migrants sur le continent et, avec eux, le téléphone de Gabriel... Un téléphone qui va jouer un rôle moteur dans ce roman qui fait le lien, aussi, entre le pays basque, où Rose part s’installer, et le port de Calais. 

"Civilizations", de Laurent Binet

6 min

"Civilizations", de Laurent Binet : les critiques du Masque et la Plume

Chez Grasset

L’auteur de « HHhH », sur  l’assassinat du nazi Heydrich, Goncourt du premier roman, signe une uchronie, dans laquelle il imagine que Christophe Colomb n’a jamais découvert l’Amérique et que, en 1531, les Incas conduits par Atahualpa ont envahi l’Europe de Charles Quint, des guerres de religions, de l’Inquisition, de l’imprimerie et du capitalisme naissant. Ce qui leur a manqué pour résister aux conquistadors : le cheval, le fer et les anticorps, Laurent Binet le leur donne. 

"Les Choses humaines", de Karine Tuil

9 min

"Les Choses humaines", de Karine Tuil : les critiques du Masque et la Plume

Chez Gallimard

C'est le 11e roman de Karine Tuil. En apparence, le couple Farel est étincelant. Lui, Jean, est un journaliste politique ultra-présent sur les plateaux télé et dont la devise est : « Tout contrôler, ne rien lâcher ». Sa femme Claire, de 27 ans sa cadette, est une essayiste connue pour ses engagements féministes. Ils ont un fils, Alexandre, qui  étudie dans une université californienne. Et puis les Farel se séparent. Claire part vivre avec son nouveau compagnon, Adam. Et c’est alors que le scandale éclate : Alexandre, le fils parfait, aurait un soir abusé de Mila, la fille d’Adam. Laquelle dépose une plainte pour viol. C’est le début de la chute des Farelet de l’emballement de la machine médiatico-judiciaire. Un roman inspiré de l’affaire d’une jeune femme de 23 ans victime d'un viol sur le campus de l'université de Stanford, en janvier 2015. 

"Mon année de repos et de détente", d'Ottessa Moshfegh

6 min

"Mon année de repos et de détente", d'Ottessa Moshfegh : les critiques du Masque et la Plume

Chez Fayard

Traduit par Clément Baude, c'est un roman d’Ottessa Moshfegh, 38 ans, née à Boston, fille d’un Iranien et d’une Croate, dont le roman, « Eileen » en 2015, lui a valu le prix Hemingway. L’héroïne de ce roman ne trouve rien de mieux à faire, après avoir décroché le diplôme de l’université de Columbia que d’entrer en hibernation à l’aide de somnifères. Ce n’est pas la mort de ses parents qui la pousse à dormir mais le vide existentiel et l’ennui. C’est peu dire que son réveil va être brutal, le 11 septembre 2001... L’éditeur parle d’une « Oblomov de la génération Y » qui à la fois somnole d’un bout à l’autre du roman et trouve le moyen de dénoncer les travers de notre époque. 

Les conseils avisés de vos critiques 

Prochain enregistrement le jeudi 29 août à l'Alliance Française

Au programme des livres avec Patricia Martin (France Inter), Olivia de Lamberterie (Elle), Michel Crépu (NRF), Arnaud Viviant (Transfuge) 

  • « Une partie de badminton », Olivier Adam (Flammarion)
  • « Le continent de la douceur », Aurélien Bellanger (Gallimard)
  • « La clef USB », Jean-Philippe Toussaint (Minuit)
  • « Une bête au paradis », Cécile Coulon (L’Iconoclaste)
  • « Rien n’est noir », Claire Berest (Stock)

Et des films avec les critiques Eric Neuhoff (Figaro), Nicolas Schaller (L’Obs), Jean-Marc Lalanne (Inrockuptibles) et Xavier Leherpeur (7èmeObsession)

  • « Roubaix, une lumière », Arnaud Desplechin
  • « Thalasso », Guillaume Nicloux
  • « Late Night », Nisha Ganatra
  • « Frankie », Ira Sachs
  • « Une fille facile », Rebecca Zlotowski
  • « La Vie scolaire », Grand Corps Malade
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.