Nos critiques ont-il aimé : "Le Nouveau" de Philippe Sollers, "La vie lente" d'Abdellah Taïa, "Mes bien chères sœurs" de Chloé Delaume, "La chance de l'écrivain" de David Lodge, "La vie secrète des écrivains" de Guillaume Musso ?

Que lire en ce moment ?
Que lire en ce moment ? © Getty / Justin Pumfrey

Autour de Jérôme Garcin :

  • Olivia de Lamberterie (Elle), 
  • Patricia Martin (France Inter), 
  • Jean-Claude Raspiengeas (La Croix) 
  • Arnaud Viviant (Transfuge) 

► Que lire ? Différents livres passés au crible des critiques du Masque & la Plume sont à retrouver ici.

"Le Nouveau" de Philippe Sollers

11 min

"Le Nouveau" de Philippe Sollers : les critiques du "Masque & la Plume"

► Chez Gallimard

📖 LIRE L'essentiel des critiques ici

C’est le nom du trois-mâts de son arrière-grand-père Henri. L’auteur de Femmes dit avoir hérité  d’Henri, un navigateur au long cours, qui sillonnait les océans avec des cargaisons de vin de Bordeaux et avait épousé une Irlandaise, mais aussi de son grand-père Louis, champion d’escrime devenu accro aux jeux... En mer, Henri emportait toujours deux volumes de Shakespeare. L’occasion, pour son arrière-petit-fils de réunir ici Hamlet, le roi Lear, César ou encore Prospero. 

"La vie lente" d’Abdellah Taïa

7 min

"La vie lente" d'Abdellah Taïa : les critiques du "Masque & la Plume"

► au Seuil

Il met en scène Mounir, un Marocain parisien, homosexuel et quadragénaire dans la France traumatisée d'après les attentats de 2015, qui habite un appartement de la rue de Turenne, dans le Marais. Au-dessus de lui, dans un studio de 14 m2, il y a une vieille dame de 80 ans, Mme Marty. D’abord cordiales, les relations vont être de plus en plus tendues entre les deux voisins, surtout que la vieille dame fait les cent pas et empêche Mounir de dormir. Jusqu'au jour où tout bascule : Mme Marty lance à Mounir : « J’ai peur de toi, tu es arabe » et elle appelle la police pour qu’elle vienne l’arrêter. Le commissaire soupçonne Mounir d’être en lien avec les djihadistes... 

"Mes bien chères sœurs" de Chloé Delaume

10 min

"Mes bien chères s½urs" de Chloé Delaume : les critiques du "Masque & la Plume"

► au Seuil

📖 LIRE l'essentiel des critiques ici

L’autrice du Cri du sablier et des Sorcières de la République, dont toute l’œuvre est marquée par un drame originel puisqu’elle a vu, à 10 ans, son père tuer sa mère et se suicider. C’est un livre en forme d’appel, qui s’adresse « aux femmes en général, autant qu’à leurs alliés ». Dans un pays où une femme sur dix est violée au cours de sa vie et une femme assassinée tous les trois jours par son conjoint, Chloé Delaume en appelle, après la vague #MeToo à un nouveau féminisme. Un livre quiprolonge, treize ans après, le King Kong Théorie de Virginie Despentes. Chloé Delaume y ajoute le concept de sororité et l’idée de solidarité féminine : 

L’état de soeur neutralise l’idée de domination, de hiérarchie, de pyramide. 

"La vie secrète des écrivains" de Guillaume Musso

8 min

"La vie secrète des écrivains" de Guillaume Musso : les critiques du "Masque & la Plume"

► chez Calmann-Lévy

On y suit un jeune auteur, Raphaël Bataille, qui a trouvé une place dans la librairie d’une île méditerranéenne, où s’est retiré un écrivain légendaire, Nathan Fawles, qui a renoncé à l’écriture après avoir publié 3 romans-cultes. Autour de cette villa rôdent Raphaël Bataille et une jeune journaliste, Mathilde Monney, venue enquêter sur Nathan Fawles le jour-même où le cadavre d’une femme est retrouvée sur une plage de l’île. Un polar dans lequel Guillaume Musso cite Irving, Ferrante, Kafka ou Virginia Woolf. On y apprendra que « vouloir rencontrer un écrivain parce qu'on aime son livre, c'est comme vouloir rencontrer un canard parce qu'on aime le foie gras » et que  « La première qualité d’un écrivain est de savoir captiver son lecteur par une bonne histoire ».  

"La chance de l'écrivain" de David Lodge

6 min

"La chance de l'écrivain" de David Lodge : les critiques du "Masque & la Plume"

chez Rivages, traduction par Yvonne et Maurice Couturier

Le deuxième tome des Mémoires du grand écrivain britannique David Lodge. Un livre qui couvre les années 1976-1991, celles où, tout en continuant à enseigner la littérature à l’université, Lodge va publier de nombreux romans et voir sa cote s’emballer. Il ne cache rien de ses amitiés, de sa vie familiale, de la surdité qui le gagne et lui inspirera La vie en sourdine. Et termine son livre ainsi : 

En fait, j’ai joui en France d’une seconde carrière accélérée en tant que romancier tandis que ma première dans mon propre pays commençait à fléchir. 

Les conseils

Prochain enregistrement le jeudi 2 mai au théâtre de l'Alliance Française

► Réservation en ligne disponible 15 jours avant la date d'enregistrement, à 7h sur le site de la Maison de la Radio (places gratuites)

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.