Sous les feux de nos critiques cette semaine : "La Maison Golden" de Salman Rushdie, "Frère d’âme" de David Diop, "La Vraie Vie" d'Adeline Dieudonné, "Dix-sept ans" d'Eric Fottorino, "Le Cœur blanc" de Catherine Poulain.

Que lire en ce moment ? Nos critiques vous conseillent
Que lire en ce moment ? Nos critiques vous conseillent © Getty / Hinterhaus Productions

Pour en parler,  Jérôme s'est entouré de Nelly Kapriélian (Les Inrockuptibles), Jean-Claude Raspiengeas (La Croix), Michel Crépu (NRF) et Arnaud Viviant (Transfuge).

► Que lire ? Différents livres passés au crible des critiques du Masque & la Plume sont à retrouver ici.

« La Maison Golden », de Salman Rushdie 

Golden, comme Néron Golden, un richissime Indien venu aux Etats Unis après les attentats de Bombay, où sa femme a péri. Avec ses trois garçons névrosés et sa jeune maîtresse russe, il habite un château style médiéval dans le sud de Manhattan. Ses trois garçons aux noms d’empereurs romains, ce sont Petronius, dit Petya, créateur fou dingue de jeux vidéo, Lucius Apuleius, dit Apu, un artiste mystique, et Dionysos, dit D., l’indéfini sexuel dont la mère, différente de celle de ses deux frères, était une prostituée. Et en face de la maison Golden, un jeune cinéaste rêve de faire un film sur cette folle tribu. On est en 2008, Barack Obama vient d’être élu président des Etats-Unis, dont Rushdie va raconter le double mandat de huit ans, en troquant son réalisme magique habituel pour la satire, ou du moins la comédie...  

8 min

"La Maison Golden" de Salman Rushdie : les critiques du Masque et la Plume

► Retrouvez ici l'essentiel des critiques du Masque sur le livre

La maison Golden, le nouveau roman de Salman Rushdie traduit par Gérard Meudal chez Actes Sud

« Frère d’âme », de David Diop 

C’est l’histoire de deux frères d’arme : Alfa Ndiaye et Mademba Diop. Ils ont grandi ensemble dans un village du Sénégal. A 20 ans, ils s’engagent dans les Tirailleurs sénégalais et se battent pour la France dans les tranchées de la Grande Guerre. Un jour, Mademba s’écroule, gravement blessé, le ventre grand ouvert. Trois fois de suite, il supplie Alfa de l’achever. Mais Alfa ne peut se résoudre à tuer son frère d’âme. Mademba finit par mourir et Alfa, accablé par la culpabilité, devient fou. Armé d’un coupe-coupe, il se met à trancher les mains des Allemands, qu’il rapporte comme autant de trophées. Au prétexte que la guerre dite « civilisée » prohibe la mutilation, le capitaine exfiltre Alfa dans un hôpital, loin les lignes. C’est là qu’il rédige le témoignage à la fois candide et halluciné que nous lisons et qui est ponctué d’un lancinant « Par la vérité de Dieu ». 

9 min

"Frère d’âme" de David Diop : les critiques du Masque et la Plume

Frère d’âme, au Seuil, le deuxième roman de David Diop, un écrivain français d’origine sénégalaise qui enseigne par ailleurs à l’université de Pau.

« La Vraie Vie », d'Adeline Dieudonné 

Adeline Dieudonné est Bruxelloise et sa « vraie vie » se déroule dans une sinistre banlieue belge. La narratrice est une fillette de 10 ans, dont le père est un viandard qui accumule dans une pièce tous ses trophées de chasse, cerfs, sangliers, hyènes, et qui frappe sa femme. La fillette a aussi un petit frère de 6 ans, Gilles. Il torture les chats du lotissement et a commencé à dérailler après avoir assisté, avec sa sœur, à la mort du marchand de glaces ambulant, victime de l’explosion de son siphon à chantilly. Ajoutez que la fillette, fan de Marie Curie, se met alors en tête d’inventer une machine à remonter le temps, mais qu’elle ne pourra empêcher son père de la transformer, une nuit, dans la forêt, en gibier de chasse. Et bien sûr, on ne raconte pas la fin...

7 min

"La Vraie Vie" d'Adeline Dieudonné : les critiques du Masque et la Plume

► L'essentiel des critiques du roman d'Adeline Dieudonné à retrouver ici

La vraie vie, le premier roman d’Adeline Dieudonné, 36 ans, publié à L’Iconoclaste, qui a reçu le Prix du roman Fnac et, avec près de 100 000 exemplaires vendus, a réussi à détrôner sa compatriote Amélie Nothomb

« Dix-sept ans », d'Eric Fottorino 

Après avoir parlé de ses deux pères, le biologique – un juif marocain de Fès – et l’adoptif – un pied-noir tunisien qui s’est suicidé -, Fottorino raconte ici le destin de sa mère, Lina, dont il dit qu’elle a été si peu sa mère et qu’il a été si peu son fils. 

Le roman s’ouvre par un secret délivré par une mère à ses trois fils : très jeune, elle a eu une fille qu’elle a abandonnée à la naissance, ou plutôt qu’on lui a arrachée après que le père a pris la fuite. Et c’est à Nice, où il est né, que le narrateur, Eric, va tenter de résoudre l’énigme de son existence et percer le mystère de cette mère, quand elle avait 17 ans...  

5 min

"Dix-sept ans" d'Eric Fottorino : les critiques du Masque et la Plume

► A lire : l'essentiel des critiques du Masque & la Plume sur le nouveau livre d'Eric Fottorino

Dix-sept ans, le nouveau roman d’Eric Fottorino, et un nouveau chapitre de son roman autobiographique (chez Gallimard)

« Le Cœur blanc », de Catherine Poulain 

Deux ans après Le Grand marin, où elle racontait son dur labeur de pêcheuse en Alaska, Catherine Poulain décrit un autre monde qu’elle connaît bien, pour l’avoir beaucoup exercé : celui des saisonniers. 

Son héroïne, Rosalinde, est allemande et vend ses bras aux horticulteurs provençaux, avec d’autres travailleurs nomades et précaires, la plupart marocains et algériens. Rosalinde suit, dans le Vaucluse, le cycle naturel des fruits et légumes : après les asperges, elle ramasse et cueille les melons, les fraises, les olives, les cerises, les abricots, les raisins.  Bientôt, les feux vont ravager la région et les hommes vont devenir fous... C’est Faulkner chez Bosco. Et la confirmation que Catherine Poulain écrit avec son corps pour parler de ceux dont la littérature se désintéresse en général, hier les marins pêcheurs, aujourd’hui les tâcherons de la terre qu’elle appelle « les enfants de la route et de l’errance »... 

9 min

"Le C½ur blanc" de Catherine Poulain : les critiques du Masque et la Plume

► A lire : l'essentiel des critiques du Masque & la Plume sur le nouveau livre de Catherine Poulain

Le cœur blanc, de Catherine Poulain, aux éditions de L’Olivier.

Les conseils

Prochain enregistrement le mercredi 31 octobre

Autour des pièces avec les critiques Armelle Héliot (Figaro), Fabienne Pascaud (Télérama), Jacques Nerson (Obs) et Vincent Josse (France Inter). 

  • « La Nuit des rois », Shakespeare/Thomas Ostermeier (Comédie-Française)
  • « Après la répétition », Ingmar Bergman/tg STAN (Bastille)  
  • « Skorpios au loin », Isabelle Le Nouvel/Jean-Louis Benoit (Bouffes Parisiens)
  • « Misery », Stephen King/Daniel Benoin (Hébertot)   
  • « Tu te souviendras de moi », F. Archambault/Daniel Benoin (Théâtre de Paris)
  • « Le Prénom », Delaporte-La Patellière/Bernard Murat (Edouard 7)
  • « Je parle à un homme...», Jacques Gamblin (Rond-Point)

Autour des films avec Danièle Heymann (Bande à part), Nicolas Schaller (L’Obs), Michel Ciment (Positif) et Eric Neuhoff (Figaro). 

  • « Le Grand Bain », Gilles Lellouche
  • « Silvio et les autres », Paolo Sorrentino
  • « Cold War », Pawel Pawlikowski 
  • « Bohemian Rhapsody», Bryan Singer
  • « En liberté ! », Pierre Salvadori
  • « La Tendre Indifférence du monde », Adilkhan Yerzhanov
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.