Nos critiques vous conseillent sur l'actualité théâtrale. Au programme ce soir : "Le Tartuffe", "Fric Frac", "L'Heureux Stratagème", "Au-delà des ténèbres", "Le Potentiel érotique de ma femme", "Tchao Pantin".

Qu'aller voir au théâtre ce soir ? Nos critiques vous conseillent…
Qu'aller voir au théâtre ce soir ? Nos critiques vous conseillent… © Getty / Chase Swift

Autour de Jérôme Garcin ce soir : Armelle Héliot (Le Figaro), Fabienne Pascaud (Télérama), Jacques Nerson (L'Obs) et Gilles Costaz (Politis

"Le Tartuffe", Molière/Peter Stein

C’est Pierre Arditi qui endosse l’habit de Tartuffe, l’imposteur, le faux dévot qui jette son dévolu sur la maison d’Orgon, joué par Jacques Weber, dont la mère, Mme Pernelle (Catherine Ferran) s’est également entichée. Mais Elmire (Isabelle Gélinas) l’épouse d’Orgon, sa fille Marianne (Marion Malenfant), son fils Damis (Félicien Juttner), et la servante Dorine (Manon Combes) ont tous démasqué l’imposteur. 

Le décor est essentiellement constitué d’un grand escalier blanc style Ikéa, les costumes sont d’une époque indéterminée et d’une exceptionnelle laideur, enfin le texte a été beaucoup coupé. A noter que, pour la première fois, Arditi et Weber sont réunis sur scène.   

Porte St-Martin

"Fric Frac", Edouard Bourdet/Michel Fau 

Une pièce d’Edouard Bourdet que Michel Fau sort de l’oubli, et qui fut créée en 1936 à la Michodière avec Arletty, Michel Simon et Fernandel.  

C’est Régis Laspalès qui reprend le rôle de Fernandel, celui de Marcel, un grand niais employé dans une bijouterie, dont la fille du patron, Renée, rêve de faire son fiancé (c’est Emeline Bayart, la Bécassine de Podalydès). Un dimanche après-midi, Marcel et Renée partent au bois à bicyclette avec Jo, un malfrat (Michel Fau), et son amie prostituée, Loulou (Julie Depardieu), qui tape dans l’œil de Marcel. Et comme Tintin, le mec de Loulou se retrouve derrière les barreaux et qu’il a besoin d’argent, elle va fomenter, avec Jo, un fric-frac dans la bijouterie. 

Les dialogues font plus penser à Audiard qu’à Bourdet, ça gouaille, ça jacte vert, et Michel Fau en fait une pièce multicolore dans un décor qui tient de Jarry et de Disney... 

Théâtre de Paris

"L'Heureux Stratagème", Marivaux/Emmanuel Daumas

Une pièce de Marivaux, mise en scène par Emmanuel Daumas, avec Éric Génovèse, Jérôme Pouly, Julie Sicard, Loïc Corbery, Nicolas Lormeau, Laurent Lafitte, Jennifer Decker, Claire de La Rüe du Can. 

La figure est classique : la Marquise est éprise du Chevalier, qui s'est acoquiné avec la jeune Comtesse, et elle va alors imaginer un heureux stratagème, basé sur la jalousie, afin de récupérer son amant. Il lui suffit de feindre une liaison avec Dorante, qui est épris de la comtesse... 

Une pièce montée avec un dispositif bifrontal, inédit au Vieux Colombier.

Vieux Colombier

"Au-delà des ténèbres", Simon Abkarian 

Le théâtre du soleil, d’Ariane Mnouchkine, accueille Au-delà des ténèbres, un diptyque écrit et joué par Simon Abkarian, ancien de la troupe du Soleil. Il rassemble ici « Le Dernier Jour du jeûne » et « L’Envol des cigognes », avec notamment Ariane Ascaride, Serge Avédikian, Océane Mozas, Chloé Réjon... 

Deux tragi-comédies de quartier, dit Abkarian, qui « tissent le fil d’une fabrique des mythes pour raconter l’histoire méditerranéenne d’une même famille ballottée entre la guerre et l’exil sur une période de dix ans ». 

Le spectacle dans sa totalité, dure, 6h30.     

Théâtre du Soleil

"Le Potentiel érotique de ma femme", David Foenkinos 

Le roman de David Foenkinos est ici adapté et mis en scène par Sophie Accard. 

Hector est atteint de collectionnite aigüe : il collectionne les badges de campagne électorale, les pieds de lapin, les cloches en savon, les dictons croates, les étiquettes de melon, les  cordes de pendu. Après avoir perdu un concours de collectionneurs et tenté de se jeter sous une rame de métro, il prétend être parti en vacances aux États-Unis, va  à la bibliothèque pour se renseigner sur ce pays, et rencontre Brigitte, qui devient sa femme. Une femme qu’il va donc collectionner... 

Hector, est joué par Léonard Boissier, Brigitte, par Sophie Accard, et Léonard Prain, le narrateur du roman.

Théâtre 13

"La Légende d'une vie", Stefan Zweig/Christophe Lidon 

On est à Vienne, en 1919. Leonor Franck porte haut le deuil de son illustre défunt mari, le poète Karl Amadeus Franck, véritable icône nationale et elle donne une soirée de bienfaisance pour présenter les premiers travaux de son fils Friedrich, qui n’a aucune envie de succéder à son père. Arrivent les invités, dont une femme qui a partagé autrefois la vie du grand homme et que la veuve veut mettre à la porte. Le fils va comprendre alors  que son père n’était pas un saint : « Je veux être le fils d'un être humain et non pas d'une légende. » 

Stefan Zweig se serait inspiré de Wagner et de Dostoïevski pour le personnage du grand poète mort. C’est la soprane Natalie Dessay qui joue sa veuve, Macha Méril son amour de jeunesse, Gaël Giraudeau son fils, et Bernard Alane son biographe. 

Montparnasse

"Plaidoiries", Eric Théobald

Seul en scène, Richard Berry incarne dans une mise en scène d’Eric Théobald et avec des archives télé, cinq grands ténors du barreau dont Gisèle Halimi défendant à Bobigny le droit à l’avortement, Paul Lombard voulant éviter la peine capitale à Christian Ranucci en 1976, Jean-Pierre Mignard prenant fait et cause pour les familles de Zyed Benna et Bouna Traoré. 

D’après le livre de Mathieu Aron (chez Jacob-Duvernet), ancien directeur de l’investigation à Radio France, qui va du procès Papon à l’acte infanticide de Véronique Courjault.  

Théâtre Antoine

Les conseils

  • Fabienne Pascaud : George Dandin, de Molière, mise en scène Jean-Pierre Vincent (MC93 Bobigny). Et Signé Dumas, de Cyril Gely et Eric Rouquette, mise en scène Tristan Petitgirard (La Bruyère).
  • Armelle Heliot : Vipère au poing, d’hervé bazin, mise en scène Victoria Ribeiro (Le Ranelagh). Et Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, de Maurice Joly, mise en scène Marcel Bluwal (Théâtre de Poche Montparnasse).
  • Gilles Costaz : Tendresse à quai, d'Henri Courseaux, mise en scène Stéphane Cottin (Studio Hébertot).
  • Jacques Nerson : La Ménagerie de verre, de Tennessee Williams, mise en scène Charlotte Rondelez (Théâtre de Poche Montparnasse).

Prochain enregistrement le jeudi 4 octobre

Vous souhaitez assister au Masque et la Plume ? Les dates et programmes des prochains enregistrements sont indiqués ici (places gratuites) ! 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.