« Je préfère le tracé tortueux de Paris au plan géométrique de Manhattan. Mais à Paris n’existe pas cette ouverture que la Seine et les quais ne peuvent pas procurer. Ce que j’attends d’une ville se résume à cela : la foule et les milliers de possibilités d’un lieu cosmopolite dont je n’exploiterai sans doute aucune ; et un endroit où me promener l’après-midi pour interrompre ma journée de travail. Aucun endroit ne vaut un bord de mer sur lequel on peut faire du vélo. Peu importe le vacarme. Ce qui compte, c’est le vent, et l’odeur de la mer, et l’étendue gris bleu qui bouge, avec ses milliers de points scintillants comme autant de diamants. »

Ces lignes sont extraites de "New York, Journal d'un cycle" , le livre de Catherine Cusset qui est un chant d'amour pour New York et pour le vélo.

La romancière a choisi d'évoquer pour la deuxième étape de son voyage, New York et le quartier Downtown et la rue des Rosiers, à Paris.

New-York, journal d'un cycle, Catherine Cusset
New-York, journal d'un cycle, Catherine Cusset © Radio France
Les invités
Les références
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.