« La littérature a le pouvoir de guérir les chagrins d’enfance », disait hier Nina Bouraoui .

La romancière nous confie sa géographie personnelle, les recoins du monde qui l’émeuvent. Et c’est l’occasion de parler des super-pouvoirs de l’écriture ! Ecrire, c’est parfois réparer l’histoire, raconter son enfance en omettant volontairement le chagrin, la solitude, la différence. Ecrire, c’est aussi sublimer les paysages. Dans les romans de Nina Bouraoui, les paysages portent la trace des histoires d’amour qui s'y sont déroulées.

Standard , son quatorzième roman, vient de paraître chez Flammarion.

Résidence du petit Hydra à Alger
Résidence du petit Hydra à Alger © CC
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.