Parfois, il ne reste que des ruines, et il faut essayer de s’imaginer comment respirait la capitale d’un royaume. Parfois encore, la ville a été engloutie sous la lave d’un volcan, ou sous l’eau, ou encore abandonnée après un séisme où une guerre. A chaque fois, parce qu’elles n’existent plus, ces villes peuvent devenir, dans notre imagination, une cité idéale. Un atlas des cités perdues, publié chez Artaud, relate des destins surprenants, inattendus, incroyables et pourtant bien réels de 40 cités aujourd’hui disparues

Nous avons évoqué hier les destins de Bam, en Iran et de Marib, ancienne capitale du royaume de Saba. Direction la Chine, ce matin : lacité de Schi Cheng est une ville sans habitant, tout simplement parce qu’elle est aujourd’hui au fond de l’eau :

« Sans aucun état d’âme, le gouvernement chinois a fait disparaitre sous des mètres cubes d’eau ces vestiges vieux de plus de 2.000 ans. »

Puis nous irons en Inde, à Agra , précisément, la ville du Taj Mahal, où a vécu le peintre orientaliste Georges Gasté.

Taj Mahal, Agra, Inde
Taj Mahal, Agra, Inde © Yann
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.