De la géographie littéraire, de bon matin, comme chaque samedi et dimanche dans "Le Matin du départ". Nous recevons chaque semaine un écrivain et on se plonge dans son atlas personnel. Et ce sera une géographie de l’exil ce matin : notre invitée, Zoé Valdès vit depuis presque 20 ans en France, elle a dû quitter son île, quitter Cuba. Et c’est à la Havane , forcément, que commence notre voyage immobile avec elle.

Elle a choisi ensuite sa ville d'exil, Paris .

Voilà comment démarre l’un de ses précédents livres, "Le paradis du Néant" : « Paris était une rumba, pas une fête. Peut-être l’avait-elle été à l’époque d’Hemingway, mais pas à la sienne. A l’époque de Yocandra, Paris était un rêve gélatineux, sur fond de rumba. »

Place Furstemberg à Paris
Place Furstemberg à Paris © CC - Parisharing
La place vieille à La Havane
La place vieille à La Havane © / CC - Toutaitanous
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.