Guillaume Meurice, après les manifestations du 31 mars 2016 contre la loi travail, a décidé de défendre le patronat. Et la première victime qu'il veut réhabiliter c'est Carlos Tavarés, le patron du groupe Peugeot-Citroën.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.