C'est passé inaperçu: au Sahel, l’hypothèse d’une négociation avec certains groupes jihadistes n’est plus écartée. Et cette hypothèse confirme que le Sahel est en train de devenir pour la France ce que l’Afghanistan est devenue pour les Etats-Unis: un bourbier. C'est "le monde à l'envers".

Des soldats de l'opération française Barkhane en pleine opération de déminage au Mali
Des soldats de l'opération française Barkhane en pleine opération de déminage au Mali © AFP / MICHELE CATTANI / AFP

On ne discute pas avec des terroristes.C’est la doctrine officielle. Celle du Quai d’Orsay, répétée ces derniers jours encore. Et le fait est qu’on ne peut pas DIRE autre chose, ne serait-ce que par respect pour la mémoire des victimes du terrorisme. En revanche, question de realpolitik, faute de DIRE, on peut FAIRE ou laisser faire autre chose. Et c’est peut-être ce qui est en train de se passer au Sahel.

Il y a trois jours, presque personne n’en a parlé, le GSIM, le groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, un groupe important lié à Al Qasida, a fait la proposition suivante dans un communiqué authentifié : 

« Nous sommes prêts à engager des négociations avec l’Etat du Mali. »

Le tout est enrobé dans la diatribe jihadiste habituelle qui réclame, je cite toujours, « le départ des soldats croisés français ».

Précisons que la force Barkhane, c’est aujourd’hui un peu plus de 5000 soldats français au Mali. Et ce communiqué répond en fait à une main tendue du président malien. IBK, c’est son surnom (et ses initiales) a fait volteface sur le sujet le mois dernier en suggérant d’ouvrir des discussions et en reconnaissant l’existence de contacts avec le GSIM.

Si négociations il y a, ce sera long, compliqué, et le sujet dépasse de beaucoup la simple question d’un retrait militaire français. L’enjeu, c’est le pouvoir dans cette zone, et aussi l’accès à l’eau, l’électricité, la santé. Mais le fait est là. Ce qui était inconcevable il y a quelques mois est devenu concevable : des négociations avec certains jihadistes.

L'engrenage interethnique

Évidemment ça ressemble à un traquenard de négocier avec ces terroristes, ça saute aux yeux.

D’abord, ça reviendrait à donner une légitimité à des groupes qui ont multiplié les exactions et les massacres, et dont l’ambition affichée est de créer un califat islamique sur la zone dite des trois frontières, entre Mali, Niger et Burkina Faso. Le risque, c’est que la négociation soit suivie d’une déroute des pouvoirs en place, chassés par des jihadistes mieux armés. Avec un risque de propagation plus au Sud, en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Bénin.

Tout cela est vrai. Mais le statu quo n’est pas préférable. Le chaos se propage de toute façon. Il y a bien un sursaut militaire avec un accroissement des opérations de Barkhane. Mais dans le même temps, il y a surtout une dérive préoccupante, vers les affrontements interethniques. Les pouvoirs malien et burkinabe ont laissé s’armer des milices d’autodéfense qui sèment la terreur : plus de 50 morts dans trois villages au cours des trois derniers jours. Les ONG comme Human Rights Watch sont très inquiètes.

Pour simplifier : 

  • Les peuls, souvent laissés pour compte, sont soupçonnés d’aider les jihadistes ; 
  • Des milices bambara ou dogon massacrent des civils peuls en représailles ;
  • Ce qui pousse d’autres peuls dans les rangs jihadistes. 

C’est un cercle infernal, qui peut tourner au cauchemar.

La négociation ou l'enlisement

Ça ressemble donc de plus en plus à l’Afghanistan. C’est même saisissant. Dans les deux cas, au départ, il y a une intervention armée extérieure légitime face un risque terroriste majeur. En 2001 en Afghanistan, en 2013 au Sahel. C’est l’opération française Serval. Dans les deux cas, au fil des mois, cette armée étrangère devient perçue comme une armée d’occupation par une partie de la population. Sur un territoire vaste et compliqué, elle a du mal à obtenir des résultats.

Dans les deux cas, comme les Etats sont faibles et souvent corrompus, la colère sociale nourrit le terrorisme, qui reprend. Et la formation des armées locales ne donne pas de résultats probants. Afghanistan, Sahel, même processus.

Poursuivons. Au début, on ne jure donc que la force : « on ne négociera jamais ». Et puis vient le moment où on négocie. C’est ce qui vient de se passer en Afghanistan, après 18 ans de guerre : la signature d’un accord entre Washington et les Talibans. Avec l’annonce d’un retrait militaire américain. Et la suite, c’est une négociation entre les pouvoirs locaux et les groupes extrémistes. Elle est censée démarrer à Kaboul. Elle va peut-être avoir lieu, aussi, à Bamako ou à Ouagadougou.

Ça n’est pas forcément rassurant, mais ça parait inexorable. Parce que dans les deux cas, il y a enlisement.

Donc oui, le Sahel est en train de devenir à la France ce que l’Afghanistan est devenue aux Etats-Unis, avec la même question : comment trouver la porte de sortie ?

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.