Il y a pile un mois, l'arrivée des Taliban à Kaboul tirait un trait sur vingt ans d'occupation américaine de l'Afghanistan. En 2001 les américains avaient justifié leur intervention militaire pour chasser les Taliban qui avaient héberge Oussama Ben Laden et son organisation Al-Qaeda.

Avis de recherche d'Oussama Ben Laden, au musée du Memorial du 11 septembre à New York
Avis de recherche d'Oussama Ben Laden, au musée du Memorial du 11 septembre à New York © Getty / SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

La suite de l'histoire est connue: vingt ans de guerre d'usure, un véritable bourbier pour les américains soldé par le retour triomphal des Taliban. Et le risque de voir leur alliée, Al-Qaeda, renaître plus forte que jamais. 

Le point de départ de ce chaos, c'est l'accord négocié entre les américains et les Taliban au Qatar: "on part et en échange, vous vous engagez à ne jamais laisser de groupe terroriste utiliser le territoire afghan pour menacer où que ce soit les intérêts américains dans le monde". 

Mais l'adage est toujours valable, ici comme à Kaboul : les promesses n'engageant que ceux qui les croient, autant dire que tous les signaux sont au rouge.  

Affaiblie mais loin d'être morte

Pourtant, pour justifier le retrait des troupes américaines d'Afghanistan, Joe Biden n'a cessé de rappeler que la seule raison de la présence américaine en Afghanistan était de détruire Al-Qaeda. Le compte est loin d'y être.  Certes, en vingt ans, la présence des américains et des troupes de l'OTAN a affaibli l'organisation au niveau de son noyau originel, Al-Qaeda étant une organisation jusqu'alors très centralisée. Mais ses branches disséminées à travers le monde ont au contraire pris de l'ampleur au Yémen, au Sahel, en Asie, malgré la concurrence de l'Etat islamique.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En Afghanistan, même affaiblie, l'organisation n'est pas morte. En février dernier, un rapport des Nations- Unies affirmait qu'Al-Qaeda était toujours présente sur plus d'un tiers du territoire et pouvait compter sur 4 à 600 combattants. 

Des liens durables

Entre les Taliban et Al-Qaeda c'est une longue histoire. A la base, les liens se sont tissés dans les années 1990 après le départ des troupes soviétiques, lorsque les Taliban se sont appuyés sur les milices d'Al-Qaeda pour combattre les moudjahidins de l'alliance du Nord emmenés par le commandant Massoud.  C'est grâce aux djihadistes que les Taliban ont pu prendre le pouvoir. Une alliance tactique qui a permis à Oussama Ben Laden de trouver en Afghanistan le sanctuaire qu'il cherchait pour organiser et planifier les attentats contre les Etats-Unis.  

Les liens depuis se sont renforcé, faits de décennies d'histoire commune, de combats, d'alliances, voire de liens familiaux, tressés par des mariages... Des liens presque structurels: Oussama Ben Laden avait prêté allégeance au mollah Omar, chef des talibans. Son successeur Ayman al Zawahiri avait fait de même lors de la nomination de l'actuel chef des Taliban, le mollah Akhundzada. Et quel a été un des premiers gestes des Talibans en prenant le pouvoir? Ça a été de libérer des milliers de prisonniers de la prison de Parwan. Parmi eux, des centaines de combattants et de cadres d'Al Qaeda.

Aux Etats-Unis, certains se montrent très inquiets. A commencer par les hauts responsables des renseignements militaires et de la CIA qui se sont exprimés la semaine dernière lors d'un colloque. Les services secrets auraient en effet noté des mouvements autour Al-Qaeda.  Dès l'arrivée des Taliban, l'ancien chef de la sécurité d'Oussama Ben Laden qui avait fui en 2001 est ainsi revenu dans sa province natale de façon très ostentatoire. D'autres combattants auraient également retraversé la frontière avec le Pakistan. Le rapport de L’ONU de février dernier estimait qu'Al-Qaeda pourrait se reconstituer d'ici un an à deux ans.  Les choses pourraient aller plus vite, s'inquiètent les services américains.  

Profil bas

Le week-end dernier, à l'occasion des vingt ans des attentats, Al Qaeda a par ailleurs diffusé une vidéo d'Ayman al-Zawahiri, son chef qu'on a dit plusieurs fois mort, affaibli par la maladie.  La vidéo ne mentionne pas le retour des Taliban et pourrait en fait dater du début de l'été.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

 Le message reste limpide :  Al-Qaeda est toujours vivante, même discrète.  Ce n'est pas dans l’intérêt des talibans d'appuyer ouvertement l'organisation djihadiste au moment où les nouveaux maîtres de Kaboul négocient leur reconnaissance avec la communauté internationale. D'autant qu'ils n'ont pas eu besoin d'Al-Qaeda cette fois pour prendre le pouvoir.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Mais l'alliance tient toujours bon, les spécialistes en sont convaincus, notamment avec la branche dure des Taliban, qui s'est arrogé tous les grands ministères du nouveau gouvernement. L'Histoire bégaie, elle est loin d'être finie.

Contact
Thèmes associés