Retour sur les nouvelles révélations de WikiLeaks, sur le Privacy Shield, sur les solutions proposées par des scientifiques japonais pour lutter contre la disparition des abeilles.

La CIA est soupçonnée d'avoir envoyé des milliers de virus pour espionner ses cibles
La CIA est soupçonnée d'avoir envoyé des milliers de virus pour espionner ses cibles © AFP / SAUL LOEB

Il s'agit certainement des plus grosses révélations sur un espionnage de masse depuis celles d'Edward Snowden sur la NSA en 2013 : près de 9.000 documents internes de la CIA ont été publiés hier par WikiLeaks. On y apprend que l'agence de renseignements a développé plus de 1.000 virus et autres logiciels malveillants pour accéder à des smartphones iPhone et Android, lire les données confidentielles et même transformer des télés connectées en micros espions.

Est-ce qu'il faut s'inquiéter de ces nouvelles révélations ? Oui et non. D'un côté ces documents qui sont authentiques pour plusieurs experts prouvent que la CIA exploite des failles informatiques plutôt que d'aider à les combler. Un fonctionnement d'autant plus dangereux que ces 9.000 documents avaient déjà largement fuité dans la communauté de la cybersécurité avant d'être publiés sur Wikileaks, ce qui les met à la portée de n'importe quel cybercriminel.

Et en même temps, la réponse apportée par Apple aujourd'hui se veut rassurante : la firme à qui l'on doit l'iPhone affirme que les failles exploitées par la CIA sont ce qu'on appelle des failles "Zero Day", c'est-à-dire celles qui ne sont pas encore repérées par la communauté informatique, et donc la plupart des failles Apple citées dans les documents de la CIA ont d'ores et déjà été réparées par des correctifs.

► A LIRE AUSSI : WikiLeaks révèle un programme de piratage risqué de la CIA

Levée de bouclier contre un accord UE-USA

Le Privacy Shield est un accord qui a été conclu en juillet dernier pour cadrer les transferts de données personnelles d'utilisateurs européens de l'autre côté de l'Atlantique... en leur accordant le même niveau de sécurité partout. Cette semaine une centaine d'associations européennes demande la suspension de l'exécution de ce texte. En cause, le manque de mécanismes de recours contre les violations de la vie privée aux Etats-Unis...

Le Privacy shield était là pour remplacer un autre texte, le Safe Harbour, invalidé par la cour européenne de Justice en 2015. Problème, ce nouveau texte n'a pas réglé les problèmes. "Sur le plan commercial les entreprises américaines doivent assurer la même protection de données que ce qu'impose le droit européen, et ce n'est pas fait... il y a tellement d'échappatoires qui permettent de faire à peu près tout ce que vous voulez avec des données si vous avez un avocat qui vous dit comment écrire votre politique de confidentialité", explique Max Schrems de l'association Europe Versus Facebook.

En plus en janvier dernier Donald Trump a changé les règles : la quatorzième clause du fameux décret anti-immigration stipule que les agences de renseignement américaines excluent des politiques de protection des données les non-américains".

Et aussi...

Au Japon, des scientifiques planchent sur la disparition progressive des abeilles... En effet, les chiffres sont édifiants : rien qu'en France 30% des colonies d'abeilles disparaissent chaque année. Or 70% de ce que contiennent nos assiettes dépend de la pollinisation, soit un rôle joué par les abeilles... Alors pour se préparer à une éventuelle pénurie d'abeilles des chercheurs japonais ont imaginé un minuscule drone capable de collecter le pollen en se faisant passer pour une abeille...

Enfin la dernière console de Nintendo, la Switch, a-t-elle des propriétés qu'on ne lui soupçonnait pas ? Une utilisatrice a découvert que l'un des jeux de la console, qui repose essentiellement sur

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.