Eva Bettan a rencontré le réalisateur James Gray, à l'occasion de la sortie de son nouveau film "The lost city of Z".

James Gray au festival de Cannes en 2013
James Gray au festival de Cannes en 2013 © AFP / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

James Gray nous emmène dans son nouveau film en expédition en Amazonie, inspirée d'une histoire vraie, celle de l'explorateur Percy Fawcett qui a disparu alors qu'il était à la recherche d'une civilisation perdue en Amérique du Sud...

Pourquoi est-ce un film actuel ?

J. GRAY : "Un film est un film d'époque seulement en apparences. Un film d'époque est toujours un prétexte pour parler d'actualité. Hélas, mon film est devenu plus opportun que je ne l'imaginais. J'ai écrit le script il y a 8 ans, et j'ai tourné le film il y a 1 an et demi. Il semble que l'espèce humaine n'ait pas progressée depuis 2008. L'aspect politique du film qui est le besoin permanent des occidentaux de réaffirmer leur supériorité était le thème central, j'ai voulu en faire le cœur du film."

Que penser de la sortie du film à l'ère Trump ?

J. GRAY : "Malheureusement il est absolument pertinent. J'aurais voulu qu'il ne soit pas aussi politique. Mais en tant qu'Américain, [son élection] c'est un fiasco."

Pourquoi avez-vous ce regard, de ne pas considérer que l'Occident est le centre du monde ?

J. GRAY : "Même si l'on ne jette qu'un regard superficiel à l'Histoire, on voit qu'elle est pleine de tragédies. La civilisation occidentale renferme aussi des choses fantastiques. Mais notre désir et notre besoin de nous accrocher à un mythe collectif qui serait celui de notre innocence et de notre excellence est problématique. Il nous empêche d'avancer. Mon histoire personnelle transparaît dans mes films."

ALLER PLUS LOIN

► (RE)ÉCOUTEZ Boomerang avec James Gray | Cinquante nuances de James Gray !

James Gray en quelques films :

  • Little Odessa (1994)
  • The Yards (2000)
  • La nuit nous appartient (2007)
  • The Immigrant (2013)
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.