L'actualité du numérique cette semaine a été marquée par les questions de sécurité intérieure aux Etats-Unis, le succès de Weibo, et le retour d'un mobile mythique.

Donald Trump ne se sépare jamais longtemps de son téléphone, fixe ou portable
Donald Trump ne se sépare jamais longtemps de son téléphone, fixe ou portable © AFP / Mandel Ngan

Trump, Flynn et... son téléphone portable

Depuis ce mardi, la Maison-Blanche tient sa position stricte sur la question des conversations qui se sont tenues entre le conseiller démissionnaire Michael Flynn et l'ambassadeur de Russie avant l'investiture de Donald Trump, quand Barack Obama était encore aux commandes (et expulsait des diplomates russes) :

"Le Conseil de la Maison-Blanche a vérifié, et a déterminé qu'il n'y a aucun problème légal, plutôt un problème de confiance" (Sean Spicer, porte-parole de la Maison-Blanche)

Un problème de confiance plutôt que de légalité donc... or selon la presse américaine, Donald Trump était au courant depuis près de trois semaines que son conseiller risquait d'être victime d'un chantage de la part de la Russie. Ce mercredi c'est le président qui a lui-même réagie, dénonçant les fuites d'information et visant plus ou moins directement les agences de renseignement américaines, la NSA et le FBI.

A LIRE AUSSI | La carrière express du conseiller en sécurité de Trump, Michael Flynn

Ironie du sort : c'est cette semaine aussi que deux sénateurs démocrates, Tom Carper et Claire McCaskill, ont rendu publique une lettre demandant officiellement une mise au point sur la sécurité du téléphone du Président.

C'est une enquête du New-York Times fin janvier qui a révélé que le nouveau président des Etats-Unis utilise encore son vieux smartphone. La question est donc de savoir si celui-ci est bien paré contre d'éventuelles attaques, avec par exemple une désactivation de la caméra à selfies ou des SMS.

Il y a là un véritable enjeu de sécurité nationale, d'autant plus que si Donald Trump utilise son téléphone pour tweeter cela signifie qu'il est connecté à Internet... et pas forcément sur des réseaux sécurisés. Et c'est justement parce qu'elle avait envoyé des mails professionnels via sa messagerie personnelle qu'Hillary Clinton avait été épinglée par le FBI pendant la campagne présidentielle.

A LIRE AUSSI | Depuis qu'il est élu, Donald Trump a le tweet (trop) facile

Le réseau social Twitter bat de l'aile

Le petit oiseau bleu ne se porte pas aussi bien qu'on le croit : la firme américaine est en train de se laisser dépasser par son principal concurrent : Weibo. L'équivalent chinois de Twitter est désormais un nom qui pèse 11,3 milliards de dollars en bourse... contre 11,1 pour Twitter.

Malgré la suppression de sa filiale Vine et surtout de 350 emplois, Twitter n'est toujours pas rentable. Au quatrième trimestre 2016 elle a enregistré 167 millions de dollars de pertes, et au total depuis son entrée en bourse depuis 2013 Twitter a perdu un milliard et demi de dollars.

Utiliser les QR codes pour payer ? Au Japon, c'est possible !

Alors qu'en France le paiement sans contact creuse son trou petit à petit, au Japon on peut désormais payer avec l'appareil photo de son smartphone, en photographiant un QR Code, ces petits dessins interactifs en noir et blanc. C'est une startup nommée Primo qui a lancé ce nouveau mode de paiement, et ça se veut très simple, comme le dit la vidéo de présentation :

"Vous êtes en train de regarder la pub à la télé et vous voyez un produit qui vous plait ? Vous lisez un magazine ou vous vous promenez et vous voyez quelque chose qui vous fait envie sur une pub ? Visez le logo Primo avec votre téléphone pour l’ajouter à votre panier et passer commande ! Le marchand vous enverra automatiquement l’objet".

Le projet se base sur une base solide, car autant chez nous les QR codes sont très peu utilisés, autant au Japon ils cartonnent depuis le milieu des années 90. L'entreprise travaille sur une levée de fonds d'un million de dollars pour s'étendre aussi au marché chinois.

Le retour d'un téléphone mythique

Vous connaissez certainement sa sonnerie très caractéristique : le Nokia 3310. L'entreprise finlandaise qui a repris les droits de la marque Nokia va dévoiler fin février une nouvelle version de ce téléphone qui est considéré comme le plus fiable de l'histoire et emblématique pour ceux qui ont découvert le portable au début des années 2000, pour un prix compétitif de 50 euros. Pour l'instant une seule chose est sûre... il sera possible de jouer au fameux jeu du serpent dessus !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.