Facebook contre-attaque : après les vives critiques sur la prolifération de fausses informations, Facebook teste un nouveau dispositif où le signalement se fera par les internautes

Facebook va déployer en Allemagne son dispositif contre les fausses informations
Facebook va déployer en Allemagne son dispositif contre les fausses informations © AFP / Kay Nietfeld / POOL / AFP

Facebook est sous le feu de la critique pour avoir laissé prospérer de fausses informations depuis l'élection de Trump. Et bien à la suite de cette affaire, la réponse de l’Allemagne a été disons… « vigoureuse » avec par exemple la proposition de Thomas Oppermann, dirigeant du SPD, le parti d'opposition allemand :

Si un post mensonger sur Facebook ne disparaît pas dans les 24 heures après son signalement, Facebook devra s’acquitter d’amendes pouvant aller jusqu’à 500.000 euros

On n’en est pas encore là, mais à l’approche des législatives de septembre 2017 le gouvernement Merkel fait pression sur Facebook pour que ne se reproduise pas ce qu’on a vu aux Etats-Unis avec l’élection de Trump. Les doléances ont été entendues par Facebook qui va tester une nouvelle fonctionnalité en Allemagne

La première étape est le signalement par les internautes du contenu problématique, ce qui se fera à l’aide d’un petit drapeau sous la publication et cette vigilance des internautes sera ensuite exploitée de cette façon : les informations fausses ou pas encore confirmées seront transmises à des organisations de fact-checking indépendantes pour qu’elles puissent vérifier la véracité des propos.

Si ces agences estiment que le contenu est faux, il sera marqué comme « contesté » avec quelques lignes d'explication… Mais ce n’est pas tout puisque les algorithmes feront en sorte que l’article soit aussi moins visible sur les flux d’actualité et si un internaute décide tout de même de partager la fausse-information, un message d’alerte apparaîtra sur son écran pour l’inviter à y réfléchir à deux fois. A surveiller de près puisque ce dispositif pourrait arriver en France prochainement.

Pour faire face à l’essor de la menace numérique l’armée française recrute

Et pas n’importe qui… des hackers et des informaticiens. Si votre arme de prédilection est un ordinateur vous pouvez postuler à des emplois dans des domaines aussi variés que l'ingénierie logicielle, l'administration et sécurité des systèmes d’information, la lutte informatique défensive ou la surveillance des réseaux sociaux.

Des selfies dangereux pour votre identité numérique

Enfin cette information insolite et néanmoins effrayante, qui concerne votre identité numérique : un nouveau type de selfie est déconseillé, celui avec les doigts en forme de V de la victoire. Avec la progression de la définition des appareils photos des smartphones, il est désormais possible de scanner votre doigt et de vous dérober vos empreintes digitales. Si vous vous en souvenez, c’est un peu le sujet du film Bienvenue à Gattaca, paru en 1997.

Voilà, évitez donc ce geste ou gardez bien vos mouffles quand vous prenez des selfies !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.