Après un samedi marqué par trois attaques dont une en plein cœur de New York, la peur du terrorisme pourrait peser sur la fin de la campagne présidentielle.

Les agents de police assurent la zone où ils auraient arrêté le suspect terroriste Ahmad Khan Rahami suite à une fusillade dans Linden, New Jersey, le 19 septembre 2016
Les agents de police assurent la zone où ils auraient arrêté le suspect terroriste Ahmad Khan Rahami suite à une fusillade dans Linden, New Jersey, le 19 septembre 2016 © AFP / Jewel SAMAD

Dès samedi soir, trente minutes seulement après l’explosion de Manhattan – et alors que les autorités n’avaient donné aucune information officielle –, le candidat républicain Donald Trump déclarait lors d’un meeting dans le Colorado :

Je dois vous dire que juste avant que je descende de mon avion, une bombe a explosé à New York ; personne ne sait ce qui se passe exactement mais, nous vivons à une époque où il vaut mieux être très solide. Il se passe des choses terribles dans le monde et dans notre pays et nous serons durs, intelligents et vigilants

Un peu plus tard dans la soirée, Hillary Clinton a répondu :

Je pense qu’il faut bien connaitre les faits lors d’incidents de ce genre. Il est toujours plus sage d’attendre d’avoir des informations avant de tirer des conclusions. Nous en sommes seulement au début de l’enquête pour savoir ce qui s’est passé

….

Les invités

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.