Quand on le rencontre pour la première fois, ce qui marque chez Mithul Mehta, c’est la douceur de ses gestes. Il avance, drapé dans son habit blanc immaculé typique des apprentis djaïns, et s’asseoit en balayant doucement le sol, pour ne pas blesser d’ insectes. Quelques gestes qui illustrent l’une des bases de la djaïnisme, à savoir la non-violences envers tout organisme vivant, aussi petit soit il. Cet homme a un visage enfantin mais ses paroles nous démontrent rapidement qu’il a déjà une grande maturité. Cela fait 4 ans qu’il approfondit sa quête spirituelle avec l’aide de son gourou, un guide de la communauté djaïne qui l’oriente sur la voie tracée il y a 2600 ans. par Mahavira, le fondateur de cette religion, Mithul nous explique son parcours intellectuel et pourquoi il a décidé d’entrer dans la vie de moine...

Mithul Mehta, à gauche, quelques jours avant son ordination à Bombay, avec un autre jeune djaïn qui va également devenir moine l
Mithul Mehta, à gauche, quelques jours avant son ordination à Bombay, avec un autre jeune djaïn qui va également devenir moine l © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.