Le réseau social a déclenché par erreur son "Safety check" à Bangkok. À lire aussi : la fausse mort de Britney Spears et l'ambassade américaine qui danse au Japon.

Mark Zuckerberg, patron milliardaire de Facebook
Mark Zuckerberg, patron milliardaire de Facebook © Reuters / Stephen Lam

Faux attentat et panique virtuelle à Bangkok

Facebook a fait peur à beaucoup de gens à cause d'un petit bug sur son "Safety Check", ce système qui détecte s'il s'est produit un évènement grave à proximité de votre position géographique et qui vous propose de rassurer vos proches en leur indiquant que vous allez bien. Ça fonctionne généralement très bien, il avait d'ailleurs été très utilisé le 13 novembre 2015... Mais parfois, Facebook se prend les pieds dans le tapis.

Mardi matin, le Safety Check s'est déclenché à Bangkok, évoquant une forte explosion dans la capitale. La nouvelle s'est rapidement répandue dans le pays... Sauf que l'information était fausse : elle venait d'un site de désinformation, le Bangkok Informer.

Alors d'où venait l'erreur ? En fait, Facebook a récemment modifié l'algorithme de ce système, pour permettre à des utilisateurs de le déclencher, s'ils sont suffisamment nombreux à signaler un évènement. Il s'agissait de répondre aux critiques qui reprochaient au réseau social de ne déclencher l'alerte que pour des drames touchant des pays occidentaux... Le revers de la médaille, c'est donc ce genre d'erreurs : on sait aussi que les rumeurs se répandent comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. De son côté, Facebook assure avoir été trompé par de vraies explosions... de pétards, signalés sur de multiples comptes.

Montrer son Facebook pour rentrer aux États-Unis ?

Vous avez sûrement entendu parler de cette nouvelle règle, plus précisément une mise à jour du formulaire ESTA, qui concerne les voyageurs non munis d'un visa et qui viennent pour moins de 90 jours... Il comporte désormais un champ vous demandant votre compte Facebook, votre compte Twitter et votre compte Instagram. Tout ça sera bien sûr facultatif, on ne pourra pas vous refuser l'entrée sur le territoire si vous n'avez pas rempli ces cases, mais l'annonce a tout de même provoqué l'inquiétude d'associations de protection des libertés civiles. Access Now, par exemple, estime que le processus d'entrée aux Etats-Unis est déjà suffisamment compliqué et que des voyageurs un peu embrouillés pourraient se sentir obligés de remplir tous les champs

Sony intoxiqué par la fausse mort de Britney Spears

Si vous vous désoliez des morts successives de George Michael et Carrie Fisher, sachez qu'on a échappé de peu à celle de Britney Spears. Lundi, le compte Twitter officiel de Sony Music a annoncé la mort de la chanteuse dans un message sybillin. Message relayé aussi par le compte officiel de Bob Dylan.

Capture d'écran du tweet, supprimé depuis
Capture d'écran du tweet, supprimé depuis / Twitter

Vous pouvez souffler, c'était évidemment un piratage de ces deux comptes... Britney Spears va bien. Là où ça devient intéressant, c'est que derrière cette blague de mauvais goût, on trouve la signature de OurMine, un groupe de hackers pas forcément malveillant. Le plus souvent ils signalent, via leurs piratages, des failles de sécurité, en laissant une petite signature "Compte piraté par OurMine". Cette fois ils sont allés plus loin : et si les gentils hackers pouvaient devenir un peu toxiques ?

Le "Merry Christmas" dansé de l'ambassade américaine au Japon

On le sait, être ambassadeur dans un pays étranger est une mission délicate, qui demande des trésors de diplomatie dans tous les sens du terme. Surtout lorsqu'on représente les États-Unis au Japon, deux pays qui ont une histoire commune douloureuse, mais qui montrent régulièrement des signes de réconciliation durable. Et parfois, cette entente cordiale, on peut la voir à de petites choses. L'ambassade américaine l'a bien compris : son personnel a réalisé une vidéo pour les fêtes, où les représentants de l'ambassade et des consulats (y compris l'ambassadrice elle-même, Caroline Kennedy), dansent sur une célèbre chanson de J-pop.

Certes, c'est une opération de communication et on peut trouver ça un peu ridicule, mais pour les Japonais ça veut dire beaucoup. La vidéo a déjà enregistré 5 millions de vues à l'heure actuelle, avec des milliers de commentaires, principalement en japonais, justement. Petit florilège : "On aimerait voir plus souvent ce genre de surprises élégantes", "Bravo et merci à Caroline Kennedy pour son excellent travail en tant qu'ambassadeur", ou encore : "J'espère qu'un jour la Chine, la Russie ou la Corée du Nord pourront se permettre ce genre de choses". Et c'est vrai que Kim Jong-Un dansant sur une chorégraphie pop, on en rêve tous...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.