Le mot de la semaine est le terme russe “Kompromat”, qu’on pourrait traduire par “document compromettant”. En marge de l’affaire Griveaux, retour sur cette vieille technique des services secrets russes.

Patricia Martin en parle avec Héléna Perroud, ancienne directrice de l'Institut français de Saint-Pétersbourg et auteure du livre Un Russe nommé Poutine publié aux éditions du Rocher.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.