Il y a des chansons qui font la révolution, la révolu-son même : « Jealous Guy » en fait partie.

"Jealous Guy" ou la réinvention du masculin. Portrait de John Lennon en 1971.
"Jealous Guy" ou la réinvention du masculin. Portrait de John Lennon en 1971. © Getty / Michael Putland

A peine publiée sur le deuxième album solo de John Lennon, « Imagine » en 1971, "Jealous Guy" est déjà reprise.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

En 1972 « Jealous Guy » parait sur l’album live du chanteur Donny Hataway, aux côtés de ses covers de Marvin Gay ou Carole King. Sans doute a-t-il capté la part « soul » de l’ex Beatles.  

Mais « Jealous Guy » est aussi une révolution sociale. Un espace musical inédit où le repentir d’un homme peut s’exprimer et où ses faiblesses peuvent s’exposer.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

D’une voix désarmée John Lennon se confesse et demande pardon. Composée en 1968 lors d’une retraite avec les autres Beatles dans un âshram indien, la mélodie de Jealous Guy trouvera ses paroles après la séparation du groupe. Plus que le témoignage des rivalités entre John Lennon et Paul Mac Cartney, contrairement à ce qu’on a pu dire, « Jealous Guy » apparaît de plus en plus clairement comme un adieu au John d’avant Yoko. Un adieu aux reliquats d’une forme de virilité toxique. En 1980, l’interprétation de Roxy Music le révèle parfaitement.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

En décembre 1980, Brian Ferry et son groupe Roxy Music rendent hommage à John Lennon qui vient d’être assassiné, l’hommage va devenir un vrai classique du groupe car Brian Ferry y met du sien. Il façonne à son tour les contours d’un homme qui assume sa fragilité. 

Qui sont les « Jealous guys » d’aujourd'hui ?  

Héritier de Lennon par sa voix et sa sensibilité c’est Kevin Parker du groupe Tame Impala qui marche le plus dans les pas du « Jealous Guy ».

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

En octobre dernier, pieds nus sur son lit, guitare sèche dans les bras, Kevin Parker a livré cette version délicate pour les 80 ans de la naissance de Lennon : la naissance avec lui d’un autre masculin. 

Ce 8 décembre journée spéciale John Lennon sur France Inter avec un titre de l’ancien Beatles diffusé chaque heure et deux émissions qui lui sont consacrées Affaires sensibles et Popopop.

L'équipe