À l'occasion de la journée internationale de la Femme, faisons un petit état des lieux des femmes engagées dans la musique, en France et aux Etats-Unis, des années soixante avec Nina Simone, à nos jours avec Beyonce, Angèle, Clara Luciani et Yseult.

Je vous invite à voyager dans le temps avec moi, pour évoquer les femmes engagées dans la musique en commençant par le modèle absolu, la pionnière : Nina Simone.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

1965: ‘Feeling good’, ode à la liberté interprétée par Nina Simone, voix  inimitable, au service de textes aussi puissants qu’emblématiques. Engagée tout au long de sa vie pour la cause des minorités noires -et notamment celle des femmes - Nina Simone a ouvert la voie à d’autres, Aretha Franklin en tête, diva de la soul qui, 2 ans plus tard, demandera pour toutes le R.E.S.P.E.C.T 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Respect oui !

Autre icône, autre période, autre chanteuse et pianiste de talent : nous sommes en France cette fois-ci, avec Véronique Sanson, qui lance ce cri féministe en 1972.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Véronique Sanson a 22 ans lorsqu’elle chante “Besoin de personne”, qui est pour elle plus qu’une chanson puisqu’elle joint le geste á la parole : un beau matin, elle quitte Michel Berger en lui laissant un simple mot, et s’envole aux Etats-Unis, vers un autre amour. 

Nous venons de survoler les années 60 et 70, mais qu’en est-il aujourd’hui de l’engagement des musiciennes ?

On les entend plus et d’autres ont porté le combat entre-temps. Dans les 80’s, Madonna dénonçait une société matérialiste, Cyndy Lauper militait pour plus de fun, pendant qu’en France, Anne Sylvestre et Brigitte Fontaine fustigeaient le patriarcat et revendiquaient le droit des femmes à disposer de leur corps. Dans les années 90, la rappeuse suédoise Neneh Cherry célébrait les femmes dans un monde d’hommes avec “Woman”. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Aujourd’hui, des chansons consacrées à des sujets autrefois tabous atteignent les sommets et se retrouvent même nommées aux Grammy Awards.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

En 2008, Katy Perry chante l’émancipation sexuelle des femmes, dans “I kissed a girl”. Cette chanson, qui est l’une des premières à aborder ouvertement la bisexualité féminine, remporte un succès mondial.

En France aussi, le mouvement est engagé, avec une nouvelle génération d’artistes playlistée sur France Inter. Angèle aborde avec humour le thème du mouvement #MeToo, Clara Luciani vante les femmes insoumises, tandis qu’Yseult, révélation féminine de l’année aux dernières Victoires de la musique, devient l’ambassadrice de l’affirmation de soi.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Mais l’hymne universel du féminisme, on le doit à la seule, l’unique, la grande Beyoncé et son “Who run the world ” !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Bon après tout ça, et si on évoluait enfin vers plus de mixité et d’égalité dans l’industrie musicale et tous les autres domaines ? 

  • Légende du visuel principal: L’auteure-compositrice-interprète et mannequin Yseult Onguenet pendant la Fashion Week de Paris le 30 septembre 2020. © Getty / Marc Piasecki / WireImage
L'équipe