Des Suprêmes à Upside down, l’influence de Diana Ross sur la musique est énorme, avec soixante-dix titres certifiés, elle figure dans le livre des records, consacrée plus grande artiste féminine de l'histoire de la musique. Grande icône, Diana Ross a également contribué à la visibilité des afro-américains et des gays.

La chanteuse, compositrice et actrice Diana Ross sur scène lors de la 61e cérémonie des GRAMMY Awards au Staples Center le 10 février 2019 à Los Angeles, Californie.
La chanteuse, compositrice et actrice Diana Ross sur scène lors de la 61e cérémonie des GRAMMY Awards au Staples Center le 10 février 2019 à Los Angeles, Californie. © Getty / Jeff Kravitz / FilmMagic

Née en 1944 dans le quartier pauvre de Detroit, berceau de la soul, Diana Ross n'a que 16 ans quand les Suprêmes signent leur premier contrat, en 1961, avec Berry Gordy, fondateur du mythique label Motown, devenu son amant et mentor. Après une série d’échecs, il trouve enfin la formule qui colle parfaitement à la tessiture de Diana. Des mélodies gospel sur des rythmiques rock, la recette va révolutionner la musique noire ! Après ce hit, le trio devient l’un des groupes féminins les plus populaires des États-Unis, jusqu’à ce que l’ambition démesurée de Diana Ross n’en décide autrement .

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Partie à la conquête d’Hollywood, libérée de son pygmalion dont elle porte l’enfant, Diana Ross sort son premier album éponyme en 1970, composé essentiellement de reprises, dont cette déclaration d’amour popularisée par Tammie Terell et Marvin Gaye. Ce titre consacre Diana Ross comme artiste solo et elle devient un sex symbol incarnant une idée de la beauté noire, une véritable diva.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

D comme Diva comme Diana dont la voix est cristalline avec en fond, d’étonnants rugissements masculins. L’aura, l’histoire intime, les failles et la capacité à s’en relever rendent une artiste humaine et inspirante, et font d'elle une diva. Des caractéristiques que l'on retrouve quasiment chez toutes les grandes voix de femmes, de Céline Dion à Whitney Houston. Et une diva se doit aussi de savoir retourner son public !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

1980, période disco, Diana Ross collabore avec Bernard Edwards et Nile Rodgers de Chic ! Le premier single est l'envoûtant Upside Down, n°1 dès sa sortie et plus grand succès de Diana Ross. Mais celui qui va lui conférer le statut d’icône gay, c’est celui là :

Les djs des clubs gay s’emparent de cette chanson et en font un hymne ! Culte, ce morceau est sorti l’été du « disco sucks » ( le disco craint) : mouvement raciste, homophobe et anti-disco dans les années 80 aux Etats-Unis. Au-delà de la sexualité, cette chanson célèbre la liberté de s’assumer comme on est et fait de Diana Ross une ambassadrice universelle depuis plusieurs générations. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

« Diana Ross, The Suprême Diva » à voir dès demain sur Arte, réalisé par Julie Veille en 2019 avec notamment Mary Wilson, ancienne des Suprêmes, disparue le 8 février dernier.

L'équipe