Comme les irlandais de Fontaines DC, les londoniens de “Shame” illustrent le renouveau de la scène punk rock au Royaume Uni.

Le chanteur, Charlie Steen, du groupe Shame sur scène à Larmer Tree Gardens le 1er septembre 2019 à Salisbury, en Angleterre.
Le chanteur, Charlie Steen, du groupe Shame sur scène à Larmer Tree Gardens le 1er septembre 2019 à Salisbury, en Angleterre. © Getty / Burak Cingi / Redferns

Les guitares du groupe Shame sont venues réchauffer « l’hiver de notre déplaisir ».

Comme les irlandais de Fontaines DC, les londoniens de Shame appartiennent au renouveau de la scène punk rock au Royaume Uni. Même si sur ce titre « March Day » on pense plutôt à 5 écossais.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

« Take me out » des Franz Ferdinand souvenez-vous c’était au début des années 2000. Le jeune quintet  Shame convoque cette référence aujourd’hui pour mieux l’emmener ailleurs.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

« March Day » est un titre multidirectionnel à l’image ce Dème album de Shame. Le bien nommé « Drunk / Tank / Pink ». « Bourré / Tank / Rose ». Ce qui n’a rien à voir. On croit savoir où on va, puis ça part dans tous les sens.  

Pour éviter de paraphraser « Songs of Praise », leur premier album couvert d’éloge en 2018, Shame caricature la répétition et l’envoie dans le décor. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ce deuxième album tout en ruptures et en cassures reflètent les incertitudes contemporaines. Comme le dit le guitariste de Shame, Sean Coyle-Smith : 

Personne ne sait ce qui se putain de passe ! » 

Les vagues « punk », « post punk », « néo punk » se succèdent depuis 50 ans, et Shame s’inscrit totalement dans ce cycle. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Tous ces mouvements surviennent quand la musique s’uniformise à outrance et que la situation politique se dégrade violemment.  

Alors les punks renversent la table. Et d’une vague à l’autre, proposent une nouvelle esthétique.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

« Snow Day » long morceau en forme de rêve confirme que chez Shame, comme d’autres, la radicalité d'aujourd’hui est dans la poésie, souvent sombre, mais toujours teintée d’optimisme ! 

L'équipe
Thèmes associés