Rencontre au sommet entre Bashung et les artistes qui l'ont influencé, 11 titres gravés sur un vinyle noir qui dévoilent toutes les voix de ce grand poète et interprète hors-norme.

Bashung nous a quittés il y a douze ans mais il nous a légué un trésor de 11 titres gravés sur un vinyle qui retrace ses plus belles reprises, enregistrées au cours de sa carrière, certaines en live. 

Impressionnant, Bashung s’approprie si bien le texte qu’il nous ferait presque douter un instant de l’identité de son interprète historique Hugues Aufray. Il fait de ‘Céline’, composée par Mort Shuman, une version romantique pleine de charme à la Sicilienne, portée par une tendre mélancolie.

Autre exemple de cette incarnation particulière, propre à Bashung, grand poète amoureux de mots inoubliables :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Étonnant, Alain Bashung réinvente son univers, en s’invitant dans celui de son ami Christophe, chez qui il a d’ailleurs vécu quelques mois en 1968 et qui adorait sa réinterprétation. En 92, il reprend ‘Les Mots Bleus’ que l’on doit à Jean-Michel Jarre et relève brillamment le challenge. Voix rauque et guitare acoustique, c’est l’ouverture du disque.

Et Alain Bashung ne reprend pas que des chansons du répertoire français sur ce disque !

Il nous offre aussi de superbes reprises en anglais et opère d’autres virages artistiques qui rappellent son immense talent d’artiste caméléon. Car la voix de Bashung n’est jamais la même, elle se transforme d’un titre à l’autre tout en conservant son ADN. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ici, Bashung fait une relecture chaleureuse du titre ‘Everybody is talking’ d’Harry Nilsson. Chaque mot, chaque note prend une dimension émotionnelle inédite et sa voix nasillarde dont il jouait comme d’un instrument, se fait plus fragile. Il avait chanté cette reprise lors de son ultime tournée pour l’album ‘Dimanches à l’Élysée’.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Autre effet caméléon de Bashung dans ‘Hey Joe’ de Billy Roberts, reprise et sanctifiée par Jimi Hendrix.

Bashung, reprend la version de Johnny et libère une voix sauvage. Magnifique mise en abyme de ce standard du rock. 

Et soudain, quand Bashung place le curseur entre les deux : appropriation et transformation, il nous embarque littéralement ! 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Elvis, modèle absolu de Bashung à qui il rend hommage sans artifice, avec une voix méconnaissable ! Ce disque est un éloge au plaisir ! Nous sommes les auditeurs privilégiés d’une rencontre improbable entre Bashung et les titans de la chanson française et internationale. Ça donne envie de se replonger dans toute l’œuvre de Bashung !

Bashung Covers, est sorti le 19 février. 

  • Légende du visuel principal: L'auteur-compositeur-interprète Alain Bashung en concert au Festival des Terre-Neuvas le 6 juillet 2008. © AFP / FRED TANNEAU
L'équipe